AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .

 i'll never forget him + kiody


 :: ARCHIVES :: Cause I'm not thinking straight :: saison trois :: sujets et autres
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité
Invité
Sujet: i'll never forget him + kiody  |  Lun 22 Aoû - 17:55
I'll never forget him.
kiody
I'll never forget that smile. I'll never forget him, that's why it hurts that much.

Le grand jour ! Aujourd'hui, j'allais rencontrer mon futur colocataire. Oui, oui, colocataire. Comme dans le terme "partager mon petit appartement chéri avec une personne absolument inconnu que j'allais probablement détester et qui allait laisser traîner ses affaires partout" oui, comme dans ce terme là. Bien sur, rien de cela ne serait arriver si mes chers parents n'avaient pas décider de me couper les vivres après avoir appris que je n'étudiais pas réellement le droit à l'université, mais l'art. Et ceci ne serait pas arriver si mon abruti de débile mentale de fiancée n'étais pas venu me rendre une visite surprise et n'avait pas tout découvert avant de tout balancer. Visite surprise. Genre j'ai quoi, dix ans ? Il savait parfaitement que j'ai horreur des surprises ! Je déteste ça, ça me rend folle ! Je peut pas contrôler ce qui va se passer à l'avance avec une surprise, du coup je peut rien contrôler du tout et ça me donne la migraine ! Je sais même pas pourquoi je porte encore et toujours cette foutue bague de fiançailles, j'aurais du la lui faire avaler. Bon, ok d'accord j'admet qu'il n'avait pas tout les torts. Oui, c'est moi qui évitait de le voir ses derniers mois, moi qui lui avait mentis ses deux dernières années et moi qui lui en voulait.. Mais ça va, il n'étais pas le gendre idéal que mes parents auraient voulu non plus. Si seulement ils savaient à quel point toutes les rumeurs, toutes les unes de magasines le montrant infidèle au bras d'une fille différente chaque soir étaient vraies. Oui, mon fiancé me trompait, et non ça ne me posait pas de grand problème. La raison était simple : Je ne ressentais plus rien pour lui. Je ne l'aimais plus et ce depuis un bout de temps, notre couple ne restait officiel que pour le bonheur de mes parents, mais hormis cela nous n'étions rien d'autres que.. Deux inconnus. C'est peut être un peu dur comme paroles vu qu'il avait tout de même été mon premier amour, mon premier petit ami, mais au final c'était simplement la réalité des faits.. Je ne l'aimais plus, et bien qu'il s'entête à penser m'aimer, je savais qu'il ne le faisait pas. Ou du moins pas assez. Pas comme j'aurais voulu être aimer. Notre relation se résumait à quelques sms, appels, mais j'évitais toutes visites de sa part et je ne me rendait plus souvent en UK. Et puis lors de sa "visite surprise" nous nous étions engueuler, donc momentanément je boudais. J'ignorais toutes ses approches, d'ailleurs en parlant du loup, mon téléphone se mit à vibrer sur la table du salon et j'y jetais un coup d'oeil rapide en me rendant à la cuisine. Encore lui, le vingt-troisième message vocal de la journée, que j'effacerais sans même avoir écouter. J'étais lassée de tout ça, lassée de tout. Mais revenons en à nos moutons ! Donc, mes parents avaient décider de bloquer mes comptes bancaires à cause de mes mensonges et de mon choix d'études. Je devais donc travailler ! Rien que ce mot me donnait la nausée. Travailler, moi. Je n'avais jamais eu à me soucier de rien côté financier, quand la carte de crédit de papa ne payer pas mes dépenses celles de mon fiancé le faisait et aujourd'hui.. L'un ne m'adressait plus la parole et je ne voulait plus adresser la parole à l'autre. Autant dire, que j'allais devoir bosser. Comme une simple roturière. Quelle horreur. Et comme si cette humiliation n'était pas suffisante, j'allais aussi devoir me trouver un colocataire, puisque le loyer de mon superbe appart n'allait pas se payer seul ! Il y a quelques jours je m'étais alors mise à chercher sur le net un potentiel colocataire qui ne serait ni un serial killer, ni un obsédé sexuel. A la base je cherchais une fille, ça aurait été plus pratique, mais au final j'aurais pris n'importe qui de normal. C'est un garçon qui avait répondu à ma demande, après quelques emails échanger j'en avait déduite qu'il n'avait rien de bizarre .. Alors je lui avait filer mon adresse. Dangereux, je sais, mais au pire je lui ferait une prise de... Karaté ? Mh. Enfin. Bien sûr, sur le site en question je n'avais pas utiliser mon vrai nom, donc il s'apprêtait à rencontrer.. Melissa ! Original, n'est-ce pas. Enfin bref, en me levant ce matin j'avais fait un peu de rangement, même si mon appart n'étais jamais vraiment en bazar vu mon obsesion de la perfection. Puis une fois fait j'avais pris une douche et m'étais faite un minimum présentable. Et alors que je dégustais un chocolat chaud tout en surfant sur le net, on frappait à ma porte. Je dû prendre une longue inspiration avant de me décider à déposer ma tasse et me lever de mon tabouret pour me rendre jusqu'à la porte d'entrée. « Allez Cody, au pire tu cris et les voisins te sauverons de ce potentiel pervers..  » Me soufflais-je à moi-même alors que ma main se déposait sur la poignée.

Et puis la porte s'ouvrait, et soudain toute la mini-force mentale que je m'étais construite s'écroulait à mes pieds. Le grand sourire que j'affichait c'était transformer en grimace, puis en plus rien d'autre qu'une expression choquée, dégoûtée. Mes yeux étaient braqués sur son visage, je pouvais pas le croire... C'était pas possible .. C'était .. « C'est une blague ?  » Lâchais-je simplement après quelques secondes. Kieran. Kieran Maddox.. Tout simplement. Je n'avais pas poser le regard sur lui depuis quoi, deux ans et demi ? Presque trois ans ? Et voilà qu'il se trouvait sur le pas de ma porte, c'était forcément une mauvaise blague. Qu'est-ce qu'il faisait là de toutes manières ?! Si c'était censé être un signe du destin, je déteste véritablement le destin. « Mais qu'est-ce que tu pense faire ici, au juste ?!  » M'exclamais-je ensuite, je baissais mon regard sur les sacs déposés à terre... Bordel de m-.. Donc c'était lui, lui mon colocataire ?! Jamais de la vie. Non. Jamais. J'eu un rire ironique. « Oh, rêve en couleur. Tu mets pas un pied dans cet appartement. Avoues, tu l'a fait exprès hein ? Je veut pas te voir. Quoi, t'a besoin d'un autre chèque pour partir ? Désolée, mais j'ai plus un sous, je t'intéresse sûrement plus maintenant, bye.  » Et je m'apprêtait à fermer la porte, remonter comme jamais. Mais pourquoi dieu s'acharnait il sur moi de la sorte. Pourquoi ?


©️ Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: i'll never forget him + kiody  |  Lun 22 Aoû - 23:38

i'll never forget you
Cela ne faisait pas longtemps que ma famille s'était installée à Miami. Tout semblait aller si bien. Selon mon père, changer d'air faisait le plus grand bien à ma mère. Peut-être que quitter l'Angleterre n'était pas une si mauvaise idée ?  Apparemment elle sortait, se baladait, découvrait Miami. J'étais tellement heureux de savoir que ça allait si bien pour elle, elle méritait de se sentir bien. Il est vrai qu'elle avait tout pour elle. Un mari de rêve. Je crois qu'elle n'aurait pas pu avoir meilleur mari que mon père. Quand il l'a demandé en mariage, il savait dans quoi il s'engageait, mais il a toujours dit qu'il ferait tout pour l'aider. Il est tombé amoureux d'elle pour ce qu'elle était, connaissant son passé, et sa maladie. Oui, ma mère est dépressive, depuis son plus jeune âge. Je crois que je n'ai jamais connu ma mère heureuse, souriante. C'est dur de se dire qu'on est son enfant, et qu'on a jamais vu sa mère comme ça. Mais c'est la vérité, pourtant, on a tout fait pour elle, et mon père le pauvre. Il s'est toujours plié en quatre pour elle. Et malheureusement, comme on dit chasser le naturel, il revient au galop. De mon côté, tout allait pour le mieux, j'étais à New-York, cela faisait presque un an que ma petite amie et moi vivions ensembles dans un petit loft au coeur de la ville. Seulement voilà, ma mère a rechuté, elle a refait une nouvelle tentative de suicide, par chance, elle a été prit à temps, mais moi père n'arrive plus à tout gérer. Entre ma mère, mes frères et soeurs, et son travail, ça commence à devenir vraiment compliqué. Ca lui a fait mal de me demander ça, mais il a besoin de moi. Après en avoir longuement discuté avec ma petite amie, qui a totalement compris que ma famille était importante pour moi, nous avons décidé que je rejoindrais mes proches à Miami. Elle était prête à me rejoindre dans le futur pour s'installer elle aussi à Miami. Je ne pourrais jamais la remercier autant pour ça. J'ai donc pris l'avion, direction la Floride.
Les premiers jours, je les ai passé dans auprès de ma famille. Mais c'est après avoir prit son indépendance, que l'on se rend compte qu'il nous ait impossible de retourner chez soi. Honnêtement, retrouver ma famille me réchauffer le coeur, on ne pouvait pas oublier ce que nous avons traversé dans le passé, mais vivre avec eux, non, ce n'était pas possible, c'est pour cette raison que je me suis décidé à chercher une colocation. Heureusement qu'il existait des sites pour ça. De toutes les façons. De nos jours, il existe des sites pour tout alors, rien d'étonnant. J'ai échangé avec plusieurs personnes, visité plusieurs appart', mais autant vous dire que ce n'était pas la gloire. Soit je me retrouvais sur le canapé, soit je me retrouvais dans une petite chambre. Soit on avait une chambre pour deux. Oui oui, je suis tombé sur ça aussi, c'est le monde à l'envers quoi. Toutefois aujourd'hui j'avais une énième visite. Nous avons longuement échangé avec cette jeune fille, et je n'ai pas hésité à lui poser tout un tas de questions, car très franchement, j'en avais assez de me déplacer pour rien. Elle avait l'air plutôt sérieuse. Elle m'a posé ses conditions, sans doute parce qu'elle a dû tomber sur un bon nombre de tocards. Quoi qu'il en soit, je m'étais plutôt bien vêtu, de sorte à donner une bonne image de moi. L'apparance, on ne va pas se mentir, ça reste quelque chose d'important, si on se retrouve face à une personne qui s'habille mal, et n'a pas l'air de prendre soin d'elle, cela ne nous donne pas envie de cohabiter avec cette personne. Enfin, quoi qu'il en soit, n'ayant pas de voiture, j'emprunter celle de ma mère pour regagner un petit quartier à l'est de la ville. D'un point de vue extérieur, ça me semblait être pas mal, le tout maintenant, c'était de rencontrer la jeune fille et de visiter l'appartement, ça s'était autre chose. Je me garais tranquillement, puis me voilà à rejoindre la porte de l'appartement. J'appréhendais un peu. Ouais, j'ai beau être un mec, j'appréhendais un peu, imaginez je me retrouve face à un thon. Tout sauf ça par pitié. Tout sauf... Oh putain de merde. Je restais là. De marbre. Ok. Je m'attendais à tout, même à un thon, mais surement pas à elle. Qu'est-ce qu'elle fichait ici, à Miami. Franchement, j'avais clairement du mal à réaliser que je me retrouvais face à Cody. Cette fille que j'avais rencontré en Angleterre. Je m'étais littéralement effondré dans ses bras à cause de ma situation. Mais surtout, cette fille dont j'étais littéralement tombé fou amoureux comme jamais je ne l'avais été. Elle ne semblait guère ravie de me voir. Clairement, je ne m'étais pas préparé à la revoir, et encore moins de cette manière là. Visiblement, son père s'était fait un malin plaisir de lui dire que j'avais pris son chèque. Si elle savait ce que j'en avais fait du chèque de son père. Elle tentait alors de me claquer la porte au nez. Autant vous dire qu'elle était mal tombée avec moi. Je passais mon pied entre le mur et la porte, l'empêchant de fermer cette fichue porte. Mais oui bien sûr, je savais que tu vivais là alors je me suis dis "tiens, si je revenais dans sa vie" je pense que ton père serait ravi de me savoir au pied de ta porte, déclarais-je dans un premier temps, tandis que je poussais volontairement la porte pour entrer à l'intérieur, qu'elle le veuille ou non. C'est bien dommage effectivement, moi qui suis venu exprès te voir ici pour une jolie somme d'argent, tu me déçois, lâchais-je avec une telle ironie. Effectivement son père était parvenu à ses fins, la retourner contre moi, il pouvait être ravi, parce qu'il avait mené à bien sa mission. Quelle pourriture. quelle ordure. Si elle savait la vérité. T'es bien une fille à papa, le genre de fille qui se fait lobotomiser le cerveau sans chercher à connaître la vérité. Dans le fond, tu ne sais rien Cody, conclus-je en plantant mon regard dans le sien. Ca me faisait mal de voir ce qu'on était devenu au plus profond de moi. Mais nous avions tout deux un sale caractère, et le fait qu'elle réagisse comme ça, cela ne m'avait évidemment pas plu. Et puis, entre nous, elle n'avait jamais cherché à connaître la vérité, alors finalement, peut être que dans le fond, elle se fichait de ce qu'il avait pu se passer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: i'll never forget him + kiody  |  Mar 23 Aoû - 11:42
I'll never forget him.
kiody
I'll never forget that smile. I'll never forget him, that's why it hurts that much.

En fait, il y avait une bonne de listes de personnes que je n'aurais pas aimer trouver sur le pas de ma porte en toutes circonstances. Dans cette liste, Kieran figuerait bien.. Mh, dans le top cinq, entre Jack l'eventreur et Trump. Cela faisait presque trois ans, presque trois ans que je n'avais pas poser les yeux sur ce visage qui restait pourtant si familier, que j'avais embrasser de toutes parts, que j'avais aimer plus que tout et n'importe quoi dans ce monde. Presque trois ans que je n'avais pas entendu le son de sa voix, plonger mon regard dans ses grans yeux foncés ou examiner son corps. Presque trois ans aussi que je ne l'avais pas toucher, j'aurais pu facilement avoir oublier son parfum, la douceur de sa peau, les frissons que mes mains sur son corps ou les siennes pouvaient bien me procurer.. Mais non, je ne l'avais pas oublier. En réalité, je n'avais pas oublier un seul petit détail de notre histoire. C'était graver en moi. En temps normal, je suis assez tête en l'air j'oublie souvent pleins de choses, mais je me souvenais encore de la première fois que mes yeux c'étaient posés sur lui. Du petit sourire moqueur sur le coin de sa bouche lorsqu'il avait suivit le principal de mon lycée dans la salle de classe pour être présenter. Sa façon de regarder les autres élèves, bien plus riches, bien plus hautains sans une fois baisser les yeux. Et puis sa façon de me regarder, moi. Quand il avait poser les yeux sur moi je vous jures que j'avais presque pu ressentir la décharge électrique que nous avions partager. J'avais jamais ressentis ça avant.. Quand j'étais tombée amoureuse de celui qui était aujourd'hui mon fiancé, ça avait été calme, lent, j'étais tomber amoureuse doucement comme on tombe en sommeil.. Avec Kieran ? Tout le contraire. Le coup de foudre, à l'état pure. Dés le premier instant, même sans le connaîtr j'avais ressentis ce besoin obligatoire de me rapprocher de lui, de le toucher, puis par la suite de l'embrasser. Une obsession, complètement. Fort heureusement celle-ci avait été réciproque, sinon je serais passer pour une totale timbrée. J'avais essayer de le fuir, au début. Après tout, à l'époque déjà j'étais en couple, et puis nous venions de deux mondes tellement différents.. Je n'avais jamais vraiment fréquenter de gens comme lui, avant. De gens.. En dehors de ma classe sociale. Je crois qu'en fait, cela faisait parti des raisons qui m'avaient faites tomber amoureuse, le fait qu'il soit si différent des garçons que je fréquentait en temps normal. L'argent ne l'intéressait pas, il était libre, sans véritable contraintes, sans véritable obligations.. C'est ce que je croyais du moins. Et puis alors que je pensais avoir trouver le garçon de ma vie, j'étais tombée de haut en réalisant que comme tout les autres, tout ce qui l'intéressait vraiment chez moi était l'argent de papa. J'étais prête à tout abandonner pour lui, prête à m'enfuir, laisser derrière moi ma famille, mes amis, ma vie entière. Je m'apprêtait même à lui offrir ce à quoi je m'étais accrochée si longtemps, ma virginité. Et puis mon père nous avait stopper dans notre élan, au final c'était probablement une bonne chose puisque la dernière chose que je savais, monsieur James avait signer un chèque important à l'intention de Kieran pour qu'il s'éloigne de moi, et contre toutes attentes ce dernier l'avait pris.. C'est ce que mon père m'avait dit. Ce pour dés le lendemain j'avais sauter dans le premier avion pour les états-unis et m'était jurée de ne plus jamais adresser la parole à ce menteur, cet égoïste.

Et le voilàa devant moi. J'avais tenter de refermer la porte aussi rapidement que je l'avais ouverte, mais ce ne fut pas possible. Il la bloquait avec son pied et je lachais un soupire prononcer alors qu'il entrait chez moi comme dans un moulin. « Mais vas-y, fait comme chez toi ! » M'exclamais-je alors que je fit volte-face pour le regarder s'avancer dans l'entrée. Mes bras c'étaient automatiquement croisés sous ma poitrine et je ne pouvait me retenir de lever les yeux au ciel à chacune de ses paroles. « Ouais, dommage. Va falloir bosser, comme tout le monde. Sauf peut-être les profiteurs dans ton genre ! » Lançais-je alors, il reposait ses yeux sur moi et me répondit que je n'étais qu'une fille à papa prête à écouter tout ce qu'on lui dit, et je vit rouge. Comment pouvait-il se permettre de revenir dans ma vie après tant de temps pour m'insulter, chez moi en plus ! Je plaquais mes mains sur son torse et le poussait violemment en arrière (du moins, aussi violemment que ma petite personne le permettait). « T'es vraiment culoté comme gars, toi ! D'abord tu me brise le coeur, tu choisis l'argent à ma place et maintenant tu ose te pointer ici et me dire que je ne sais rien ! Je sais très bien ! Je sais très bien quel genre d'homme tu es, quel genre de garçon tu étais déjà à l'époque ! Le genre à mentir, à faire semblant de tomber amoureux d'une fille durant des mois rien que pour pouvoir soutirer quelques sous à son père. Tu te rend compte à quel point c'est horrible ce que tu a fait ?! J'étais prête à tout pour toi, tout ! A tout abandonner ! Mais bien sur, si j'abandonnais tout t'avais pas d'argent et ça tu pouvait pas l'accepter hein !? » J'étais hors de moi. Je crois que tout ce que j'avais tentée de garder en moi durant des années sortait sans que je ne puisse le contrôler. J'avais été tellement naïve.. On m'avait pourtant prévenue. L'amour rend véritablement trop faible.


©️ Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: i'll never forget him + kiody  |  Mar 23 Aoû - 16:35

i'll never forget you
Ce jour-là. Je n'aurai jamais dû écouter cet homme. Celui qui a tout fait pour me sortir de la vie de sa fille, étant prêt à me payer pour ça. Comme si j'aurai été capable de prendre son fric. J'en avais strictement rien à faire de son fric, tout ce qui comptait à mes yeux, c'était cette fille. Mais voilà qu'il se montrait menaçant une fois que j'eus déchiré son chèque en mille morceaux pour lui souffler au visage. Comme si j'en avais à faire quelque chose de cette somme. J'étais loin d'être le mec le plus riche au monde. Je travaillais dur pour être indépendant financièrement parlant, je bossais dans la même société de mon père. Je me levais tôt pour aller durement travailler jusqu'à tard le soir. Ma seule motivation, c'était de me dire qu'avec cet argent, je pourrais sortir avec Cody. Qu'on pourrait faire tout ce que les couples normaux font : sortir au cinéma, boire un verre parce qu'on a pas envie de rentrer à la maison, l'inviter au restaurant. J'étais loin de faire tout ça pour moi, c'était dans l'unique but de pouvoir faire plaisir à cette fille qui a été présente lorsque j'en ai eu le plus besoin. Ce jour-là. Le jour où il m'a présenté ce chèque, et a tout fait pour que je sorte de la vie de Cody, se fut comme si on m'arrachait le coeur à main nue, crac, d'un coup d'un seul. C'était une douleur tellement profonde. Je suis tombé au plus bas. Comment parvenir à l'oublier. Ce n'était pas possible, je ne pouvais pas. On ne peut pas oublier son premier amour. Et vous savez quand est-ce que je m'en suis rendu compte ? Lorsque j'étais avec ma petite amie, et qu'à chaque fois que j'entendais une musique, que je lisais quelque chose, le premier prénom qui me traversait l'esprit, ce n'était pas celui de ma copine, mais celui de Cody. C'est à ce moment là que je me suis rendu compte qu'elle était ancrée en moi, et que jamais, je dis bien jamais je ne parviendrais à l'oublier. Vous me demanderez sans doute pourquoi je suis toujours avec ma petite amie. Parce qu'elle tient à moi. Je tiens à elle aussi, beaucoup, elle m'a aidé elle aussi, a être de nouveau heureux, elle fait tout pour moi, m'apporte tout, mais malheureusement ce n'est pas suffisant. Et vous savez le pire dans tout ça, c'est qu'en venant ici, je n'aurais jamais pensé qu'en ouvrant cette porte, je me retrouverais face à cette petite anglaise pour qui j'aurai donné ma vie s'il l'avait fallu. Je suis tombé amoureux qu'une fois dans ma vie, c'était d'elle. Je n'ai jamais pu réussir à retomber amoureux. Ces mots là, je ne les ai plus jamais redis à personne, pas même ma copine, en un an et demi de relation, je ne lui ai jamais dis. Elle doit en souffrir, mais comment dire ces mots qui signifient tellement lorsque quand on y pense, on se rappelle la toute première fois où on les a prononcé, à qui, dans quel endroit, comment. Je ne pouvais pas ce n'était pas possible. Je n'y arrivais pas. Je crois que le plus douloureux aujourd'hui, c'est de voir que Cody m'en veut du plus profond de son être. Selon ses dires, j'ai accepté l'argent de son père. Quel fumier mais quel fumier. Et selon elle, elle reste persuadée que je savais qu'elle habitait ici. Je vais être honnête avec toi, si j'avais su que tu vivais ici, crois moi que je n'aurai jamais pointé le bout de mon nez. Il est vrai que je n'aurai jamais osé me pointer ici, j'aurai tout fait pour la revoir c'est vrai, car elle méritait des explications mais dans un lieu plus neutre que chez elle, enfin bon, malheureusement, le destin en avait décidé ainsi. Je n'avais pas envie d'être mauvais avec elle. Je pensais l'avoir suffisamment été avec ce que je venais de lui avoir balancé. C'est alors qu'elle commença a s'énerver et son petit côté sang chaud prit la relève pour me bousculer, j'attrapais alors ses poignets pour les bloquer avec mes mains pour la faire cesser de s'énerver. Je l'écoutais cependant puis fini par planter mon regard dans le sien. C'est avec ce genre de paroles que je réalise combien tu n'avais strictement aucune confiance en moi Cody. Tu veux savoir pourquoi ? Parce que ton petit connard de père a eu ce qu'il voulait. Il t'as fait croire que j'avais accepté son chèque. Mais tu veux savoir ce que j'en ai fais de cette merde. Je l'ai pris oui, c'est vrai, et je l'ai déchiré en infime morceaux avant de les glisser dans la paume de ma main et de lui souffler en pleine gueule à ce fumier. Alors c'est vrai, j'ai pris son chèque, mais je lui ai rapidement rendu en mille morceaux. J'en avais rien à branler de son fric ok. Strictement rien à branler. C'est là où je vois que dans le fond, t'es comme ton père, a penser que je m'étais rapproché de vous pour votre argent. Mais tu sais quoi ? Je préfère être pauvre et avoir ma dignité, plutôt qu'être riche et con, conclus-je tout en n'ayant pas lâché son regard d'une seconde. Effectivement, je m'étais dis que je ne serais pas dur avec elle, mais avait-elle essayé d'avoir une quelconque conversation avec moi, pour en avoir le coeur net ? Avait-elle mâché ses mots en me claquant en plein visage que de toutes les façons j'étais le genre à de mec à mentir et faire genre de tomber amoureux d'une fille comme elle pour lui soutirer de l'argent, comme si à ses yeux son père était un saint. Evidemment que quelque part cela m'avait touché. Elle est la seule fille dont je sois réellement tombé amoureux, comment pouvait-elle remettre en doute tout ce que j'avais pu lui dire ? Je finis par lâcher ses poings pour m'éloigner d'elle. Maintenant, je n'avais qu'une seule envie, c'était celle de me barrer. J'attendais seulement de voir sa réaction, avant de quitter l'appartement aussi vite que je n'y étais entré.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: i'll never forget him + kiody  |  Mar 23 Aoû - 17:09
I'll never forget him.
kiody
I'll never forget that smile. I'll never forget him, that's why it hurts that much.

Je crois qu'en réalité je n'avais pas envie de l'entendre, pas envie de le comprendre. Il était bien plus simple pour moi de rester sur l'idée que Kieran était un égoïste, un menteur et un profiteur. Je m'étais faite à l'idée qu'il ne m'avait pas aimer, je m'étais faite à l'idée que tout ses gestes, ses paroles étaient calculée dans l'unique but de me faire tomber follement amoureuse, puis de demander de l'argent à mon père. Le soir où il était rentrer à la maison et m'avait avouer que le garçon dont j'étais folle, celui avec qui je voulait m'enfuir, tout abandonner avait accepter de me laisser tomber pour une somme d'argent, mon monde entier c'était écrouler sous mes pieds. Au début, j'avais refuser de le croire, refuser de boire les paroles d'un père qui avait toujours tout fait pour contrôler ma vie et qui avait vu Kieran comme un obstacle dans mon futur. Je m'étais braquée, j'avais pleurer, hurler, lui demandant d'arrêter de répéter cela, d'arrêter de mentir. Et puis ma mère s'y étais mise et puis ils avaient fait venir mes amis.. Chacun d'eux, y compris mon petit-ami officiel avaient passer la soirée à me répéter que Kieran n'était pas bon pour moi. Que nous n'étions pas fait l'un pour l'autre, que ce qu'il avait fait été prévisible. Ils m'avaient répété à quel point je devais rester qui j'étais, la petite Cody James bien sous tout couture, la fille à papa, la petite amie modèle.. Mais j'en avais ma claque de tout ça. Ma claque de prétendre. Kieran m'avait fait réaliser qu'en réalité, j'aimais ma liberté. J'aimais être avec lui parce qu'il n'y avait pas de contraintes, je faisait ce que je voulais quand je le voulais et même s'il avait décider de me laisser tomber j'avais décider de continuer sur cette voie. Le même soir j'imprimais un billet d'avion pour les states, le lendemain je volais en direction de Miami.

Des années c'étaient écoulées et voilà que mon passé me revenait en plein visage, sans prévenir. Une claque qui eu le don de me mettre hors de moi, comment osait-il débarquer ici et me repprocher quelque chose ? Je n'avais rien fait de mal dans notre relation, rien hors mis partir, fuir, parce que j'avais eu le coeur briser. J'avais voulu le frapper, mais il c'était emparé de mes mains qu'il tenait fermement, j'avais tenter de me détacher mais le fait est que j'avais une force de mouche à côtés de lui, cela avait toujours été le cas. Il me balançait alors qu'il avait déchier ce satané chéque à l'instant où mon père le lui avait proposer. Il m'avouait ne pas avoir pris l'argent, contrairement à ce qu'on avait pu me dire, et enfin il me repprochais de ne pas avoir assez eu confiance en lui. A la fin de son discours, il me relâchais et je restais bouchée bée un instant. J'avais envie de le croire dans un sens, cela aurait été plus logique, mon père m'avait menti tellement de fois comparer à Kieran qui lui avait toujours été honnête.. Du moins je le pensais. Maintenant j'étais perdue. S'il disait la vérité, s'il n'avait pas pris ce chéque.. Alors j'avais foutu notre histoire en l'air sur une impulsion. Non, ce n'était pas possible. Il c'était éloigner de moi, mais je me rapprochais de lui et plongeais mon regard dans le sien malgré notre différence de taille. « Et bien si tu n'a pas pris l'argent, pourquoi tu n'a rien dit plus tôt ? Pourquoi tu ne m'a pas chercher, pourquoi tu ne t'es pas battu pour moi ? » Lançais-je avec plus de tristesse que de colère dans la voix. Même si cela faisait des années, j'étais toujours autant blessée par cette histoire. Mon fiancé avait beau être mon premier petit ami, officiellement mon premier amour, mon véritable premier grand amour avait été Kieran. Il avait été le seul. Malgré mon jeune âge je m'étais vue passer ma vie avec lui... Le temps d'un instant j'imaginais rapidement ce que cela aurait été, être avec lui à ce jour. Peut être que cet appart, je le partagerais déjà avec lui. Peut être qu'on serait encore en couple, amoureux comme jamais.. Peut être que la bague que je portait à mon doigt aurait été la sienne, que ça aurait été avec lui que j'allais bientôt me marier.. Je lâchais un soupire, fatiguée. J'avançais jusqu'au canapé non loin de là et m'appuyais à l'accoudoir. « Je sais plus qui je suis censée croire.. Ca m'a brisée cette histoire, tu comprend ? Brisée. Je voulais faire ma vie avec toi. » Avouais-je en regardant fixement devant moi, blessée à nouveau.


©️ Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: i'll never forget him + kiody  |  Mar 23 Aoû - 17:46

i'll never forget you
Toute cette situation était loin d'être évidente. Je pouvais lire dans son regard combien elle pouvait me détester, combien elle avait été blessée par toute cette histoire. Mais jamais, jamais elle n'a pensé une seule seconde que je n'y étais pour rien. Je ne me reprochais rien, pour la simple et bonne raison que ce fichu chèque, je l'avais déchiré au moment même où je l'avais eu entre les mains. Je n'avais pas manqué d'audace ce jour-là en prenant le risque de déchirer ce chèque. Je ne sais même pas comment son père avait fait pour se retenir de ne pas me mettre son poing dans le visage. Attention, j'avais osé déchirer le chèque de papa James. Mais en même temps, et très honnêtement, son fric, je m'en fichais royalement, tout ce que je voulais moi, c'était sa fille. Il n'a jamais cherché à comprendre. Puisque j'étais loin d'être riche, bien apprêté, tiré à quatre épingles, selon lui j'étais une merde, voir même une sous-merde. C'est vrai, à ses yeux et sans argent, qu'est-ce que je pouvais apporter à sa fille. Rien. Seulement, les sentiments, ce que l'on peut éprouver, c'est loin d'être de l'argent, c'est loin d'être matériel. Voilà ce que cet homme était un pourri matérialiste. Moi tout ce que je pouvais apporter à Cody, c'était tout mon amour. Tout ce que je voulais, c'était lui prouver que j'étais fou amoureux d'elle. Je travaillais dur pour elle. Je savais quand je commençais le boulot, mais jamais quand je le terminais, quitte à faire plus d'heure supplémentaires que je n'aurai dû juste pour l'amener au restaurant. J'aurai été prêt à tout pour elle, et cet homme était prêt à tout pour m'éloigner d'elle. C'est comme s'il m'avait ouvert la poitrine sans anesthésie générale et qu'il m'avait retiré le coeur à pleine main. J'aurai voulu aller la voir, mais, le lendemain, elle n'était plus ici. Elle ne répondait plus à mes appels, c'était fini. Et j'étais persuadé que si elle n'avait pas prit la peine de me répondre, c'est parce que son père s'était chargé de lui donner sa version des faits. Et voilà que je ne m'étais pas trompé vu tout ce qu'elle pouvait me cracher en plein visage. C'est comme si elle me disait tout ce qu'elle avait gardé au plus profond d'elle durant ces trois années. Trois ans c'étaient écoulés, et pourtant, quand je la regardais, je me souvenais de chaque moments passés avec elle, pas un ne m'échappais. Comment vouliez-vous que j'arrive à construire ma vie avec ma petite amie, quand lorsque je revois la fille dont je suis tombé fou amoureux, j'ai l'impression que plus personne d'autre sur cette Terre n'existe. Que j'en oublie cette fille qui ferait tout pour me rendre heureux. Moi, tout ce que je voulais, c'était construire ma vie avec Cody, il n'y a que Cody qui puisse me rendre heureux, qui puisse me sentir vivant. Ma vie n'avait jamais été aussi belle avant qu'elle n'entre à l'intérieur, elle l'avait rendu tellement plus rayonnante. Lorsque tout s'est terminé, il m'était interdit de replonger, parce que je lui ai toujours promis que tout ceci c'était grâce à elle, que je ne m'en serai jamais sorti sans son aide, et que je ne voulais pas trahir sa confiance malgré tout.
Maintenant que je lui avais annoncé la vérité, je pouvais lâcher ses poignets pour m'éloigner d'elle. Elle semblait sous le choc, chamboulée par mes avoeux. En même temps, si le soir où son père lui a dit je ne sais quoi elle avait prit la peine de venir me voir, elle aurait tout de suite su qu'il mentait. Et puis dans le fond, j'étais peiné de voir qu'elle n'avait pas cru en moi une seule seconde mais qu'elle avait préféré croire cette ordure qui avait passé sa vie à lui mentir. Tout ce que monsieur voulait c'était l'homme parfait, mais surtout l'homme au multiple richesse pour sa fille, comme si l'argent faisait le bonheur. Il y contribue c'est vrai, mais je restais persuadé qu'aucun autre homme ne pourrait l'aimer comme j'ai pu l'aimer. C'était bien trop fort, c'était même encore plus fort que tout. Elle fit quelques pas pour se rapprocher de moi, son regard planté dans le mien. Pourquoi je ne t'ai rien dis ? Ton père m'a menacé moi et ma famille. Il savait que pour m'atteindre il fallait te toucher toi, mais il n'allait pas s'en prendre à sa propre fille, alors il s'est dit qu'il s'en prendrait à ma famille. Qu'il ferait tout pour que mon père perde son boulot, et que ma mère pète un câble et finisse chez les fous. Malgré tout, je t'ai appelé le lendemain matin, mais tu ne m'as jamais répondu. Alors, j'en ai conclu que ton père avait eu ce qu'il voulait, qu'il avait réussi à te monter contre moi, et visiblement, il y est parvenu, lâchais-je en maintenant toujours mon regard dans le sien. Ce n'est seulement qu'après quelques secondes que je finis par détourner le regard et tomber malencontreusement sur cet annulaire où se trouvait un anneau. C'est alors que je compris qu'elle était fiancée, voir peut être même marié. Je venais comme de me prendre une nouvelle claque en plein visage. Il est vrai que je n'avais rien à dire car j'avais quelqu'un dans ma vie, elle s'était seulement contentée elle aussi de faire sa vie, mais j'avais du mal à réaliser qu'elle était engagée auprès de quelqu'un. C'est auprès de moi que j'aurais voulu qu'elle soit engagée, pas auprès de n'importe qui. Je serrais la mâchoire et rester là, de marbre, à la regarder s'éloigner de moi. Quand elle me dit que cette histoire l'avait brisé et qu'elle avait voulu faire sa vie avec moi, je ne pus me retenir de lui répondre : Au lieu de ça, tu as préféré écouter ton père qui ne se serait jamais permit de te mentir, et de t'engager auprès d'un autre. Là c'était clair, net et précis. Au moins, elle savait que j'avais vu cette bague autour de ce doigt si significatif. Je n'avais pas envie de batailler plus sur toute cette histoire. Je pense que tout ceci était plutôt clair, puis je ne pouvais pas lui reprocher d'avoir refait sa vie. Ecoutes, laisses tomber pour l'appart', j'aurai jamais dû venir, bon courage pour tes prochaines recherches, lâchais-je purement et simplement. Je n'avais pas envie de batailler plus, nous nous étions dit ce que nous avions à nous dire, et quoi que l'on puisse se dire de plus, cela n'enlèverait jamais la peine que nous a causé cette histoire. Il valait mieux que l'on stoppe les choses maintenant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: i'll never forget him + kiody  |  Dim 28 Aoû - 16:04
I'll never forget him.
kiody
I'll never forget that smile. I'll never forget him, that's why it hurts that much.

Est-ce que j'avais commis la plus grosse erreur de ma vie trois ans en arrière ? Est-ce que mon impulsivité et ma peine sur le moment m'avaient fait prendre une décision qui m'avait fait perdre l'amour de ma vie ? Probablement. A plus Kieran parlait, à plus il m'expliquais sa version de l'histoire et plus je devait me rendre à l'évidence.. On m'avait menti. Kieran n'avait jamais choisis l'argent contre moi, comment aurait-il pu avec ce que nous ressentions.. Comment avais-je pu croire à ses mensonges, si longtemps ? Il répondit à ma question avec une explication qui me fit esquisser un sourire ironique, c'était bien le style de mon père ça. Menacer pour mieux regner. Comme il m'avait menacée de me couper les vivres si je ne poursuivait pas des études de droits comme il le voulait, ce qu'il avait fait. Finalement, alors que j'essayais de contrôler toutes ses émotions, il me lançait qu'au lieu de l'attendre j'avais préféré m'engager auprès d'un autre. Visiblement, il savait pour mes fiançailles, je me redressait presque automatiquement et posait rapidement mon regard sur lui. J'essayais de comprendre, de savoir. J'essayais de donner un sens à tout ça, trop de choses avaient changer.. Kieran et moi c'était censé être pour toujours. C'était censé être pour l'éternité. Pourtant là, on n'était plus que deux inconnus. Des jours, des semaines, des mois et des années même étaient passées. Désormais, je partageais ma vie avec un autre homme, quoique ce mot là était bien grand et lui de son côté devait certainement faire le bonheur d'une autre femme également. Ce n'était pas difficile à imaginer, Kieran avait tout du petit ami dont toutes les filles rêves. Premièrement, il était beau comme un dieu, mais le mieux dans tout ça c'était certainement son âme. Il n'était pas simplement beau physiquement, il l'était à l'intérieur. Suffisait d'observer la façon dont il s'occupait de sa famille pour le dire, et puis la façon dont il s'occupait de sa petite amie.. Comme il s'occupait de moi, avant. Avant tout ça, avant que je ne foire tout. L'espace d'un instant je me risquait à imaginer notre vie si on c'était enfuis comme nous l'avions prévus ce jour là. J'aimais me dire qu'on serait heureux, ensemble. Toujours aussi amoureux.. Et puis je revenais brutalement à la réalité quand il annonçait qu'il me souhaitais bonne chance pour mes prochaines visites, il allait tourner les talons et après quelques secondes où je restais immobile je me décidais à bouger et vient me placer entre la porte et lui. « Attends. » Lâchais-je simplement. Il me fallait quelques secondes pour réfléchir, pour savoir quoi dire, quelques secondes pour me remettre du fait que l'homme de ma vie se trouvait devant moi et de comprendre pourquoi mon coeur c'était mis à battre si fort dans ma poitrine dés mon premier regard sur lui. J'avais d'abord cru que c'était à cause de la colère, mais je n'étais plus en colère désormais, j'étais calme.. Aussi calme que l'on peut l'être avec Kieran Maddox à quelques centimètres de nous. Je pris une légère inspiration, soulevait machinalement mon bras pour agiter la main portant ma bague de fiançailles en l'air puis la laissait retomber rapidement le long de mon corps. « C'est Miles. Ca rime à rien je.. Je l'aime pas. » Pourquoi je me sentais forcée de m'expliquer face à lui ? Peut être parce que Miles était le garçon que j'avais trompée avec Kieran. Mon premier petit ami, pourtant l'amour que j'avais cru ressentir pour lui n'arrivait pas à un centième de ce que j'avais ressentis pour Kieran. Que je ressentais toujours ? Peut être. Je soupirait, baissant les yeux un instant avant de remonter mon visage en sa direction et de le fixer dans les yeux malgré notre différence de taille. « J'ai pas très envie de partager mon appart avec un parfait inconnu qui pourrait être un véritable psychopathe alors.. » Je le questionnais du regard, mais vu qu'il ne répondit rien je levais les yeux au ciel. « Tu peut rester. Enfin, on peut faire un essaie ! Genre, une semaine pour voir comment ça se passe ? Et puis je pense qu'on a encore beaucoup de choses à régler. » J'espérais étrangement qu'il dise oui, mieux valait lui qu'un pervers. « Enfin.. Si ta copine n'est pas trop jalouse.. » Je ne savais pas s'il était en couple ou non, aucune idée mais au moins avec cette approche j'aurais une réponse. Ca m'intéressait, ouais.


©️ Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: i'll never forget him + kiody  |  Dim 28 Aoû - 18:55

i'll never forget you
Son père était la pire des ordures, je n'avais jamais rencontré un homme comme lui, aussi manipulateur. Son petit plan contre moi avait marché à la perfection, désormais, Cody me détestait de tout son être et de tout son corps. Dans le fond, ça ne m'étonnais même pas qu'elle l'ait cru tant il pouvait être persuasif des fois. Malheureusement, il fallait que les masques tombent, et je n'avais aucunement envie qu'elle continue de penser ça de moi. Qu'elle puisse penser que je me sois rapprochée d'elle pour dérober de l'argent à son père. Ou encore pire, qu'elle puisse penser que j'ai choisi l'argent au lieu de la choisir elle. Cette fille, j'en suis tombé raide dingue amoureux, je ne savais pas ce que c'était d'être amoureux, jusqu'à ce que je la rencontre. Elle a été là quand j'en avais le plus besoin, elle m'a été d'un grand soutien, elle m'a aidé à remonter la pente alors que mes fréquentations me tiraient vers le bas. Je lui en serais toujours reconnaissant, parce que je ne sais pas qui je serais, ce que je ferais, et où je serais si elle n'avait pas été là pour moi durant cette période. Dans le fond, elle avait besoin de savoir tout ça, de connaître la vérité. Peut être que finalement, elle ne me croirait jamais tant son père pouvait être fort dans ce domaine là, mais j'avais besoin de lui dire. Je ne pouvais pas garder tout ça pour moi, cela faisait bien trop longtemps, je ne pensais pas la revoir un jour, mais maintenant que j'étais là, il était hors de question que je parte. Quelque part, cette histoire me faisait toujours aussi mal, pourquoi ? Parce que je n'étais jamais parvenu à oublier cette fille, cette blonde qui m'a tant apporté malgré nos différences durant notre jeunesse. On voyait notre avenir ensembles, on était prêt à partir loin juste pour se retrouver tous les deux, mais malheureusement, ça n'était jamais arrivé. A cause de son connard de père. Je connaissais suffisamment Cody pour savoir qu'elle était surprise de ce que je venais de lui dire, à mon avis, elle ne s'attendait pas du tout à ça, et je pouvais le comprendre, pourtant elle connaissait son père, elle aurait dû se douter qu'il y avait quelque chose, que ce n'était pas possible que je la laisse du jour au lendemain. Maintenant que j'avais vidé mon sac, je n'avais plus aucune raison de rester. A la base je n'étais pas venu pour ça puisque j'ignorais que c'était elle, mais j'étais venu pour trouver un logement. Je m'éloignais alors d'elle, le coeur lourd et la gorge serrée. Mais voilà qu'elle se mettait entre la porte et moi. Je la regardais en me stoppant net, reculant presque d'un pas. Je ne comprenais pas vraiment ce qu'elle faisait là, à m'empêcher de partir après tout ce qu'on s'était dit. Si j'avais décidé de partir, ce n'était pas pour rien, c'est que je préférais arrêter maintenant avant qu'on ne devienne trop méchant l'un envers l'autre tant nous étions tout deux aussi impulsifs l'un que l'autre. C'est alors qu'en me regardant elle levait sa main gauche, celle où elle portait cette fichue bague au doigt, symbole d'engagement pour secouer sa main et la laisser voler dans les airs avant qu'elle ne retrouve le sol, comme si elle ne la voulait plus. J'étais vraiment surpris de son geste. Elle reprit la parole en me disant que cette bague venait de Miles. La personne avec qui elle était quand nous nous sommes rencontrés. L'homme qu'elle a trompé pour moi. Effectivement, je me posais des questions à ce moment précis. Comment avait-elle fait pour se fiancer ou même se marier à cet homme qu'elle prétendait ne pas aimer. Elle répétait une nouvelle fois qu'elle ne l'aimait pas. Pourtant c'est avec lui que tu es revenue Cody, peut être que dans le fond vous étiez fait pour être ensembles, lâchais-je simplement. C'est vrai, peut être que finalement, en sortant avec moi, elle s'est rendue compte que c'était Miles qui comptait et dont elle était amoureuse. Elle finit par se raviser en me proposant d'essayer de venir vivre chez elle. Parce qu'elle n'avait pas envie de tomber sur un psychopathe ou tout simplement de partager son appartement avec quelqu'un qui lui était inconnu. Je ne sais pas si c'est une bonne idée, pas après ce qu'il vient de se passer, pas après tout ce qu'il s'est passé, répondis-je en tout franchise, secouant négativement la tête. Elle en vient à me parler de ma petite amie comme si elle était au courant que j'avais quelqu'un. Elle n'est pas là, elle est encore à New-York pour le moment, elle me rejoindra quand elle aura trouvé un travail, répondis-je alors à ce qu'elle m'avait dit. A ce moment-même, je regrettais de lui avoir dis que j'avais quelqu'un mais en même temps, je me devais d'être honnête avec elle. Même si dans le fond, ma petite amie était une relation pansement, parce qu'en presque deux ans de relation, je ne lui avais encore jamais dis les mots que j'avais pu dire à Cody, après elle je ne les avais jamais redis à personne. Tu as peut être raison, on pourrait éventuellement essayer le temps d'une semaine, et si vraiment ça ne va pas, je retournerais chez moi, et chercherais autre chose. Oui, je me ravisais mais dans le fond, je ne voulais pas qu'elle prenne le risque de tomber sur n'importe qui. Je m'en voudrais si elle venait à tomber sur quelqu'un de mal intentionné alors qu'elle m'avait dit qu'elle ne voulait pas tomber sur un psychopathe, et qu'elle m'avait proposé de rester. Tu penses que je peux amener mes affaires quand ? Ne t'inquiètes pas, je ferais en sorte qu'on ne se croise pas, dis-je pour le bien de tous les deux. En même temps je bossais beaucoup en studio, il fallait que je sois là pour ma famille, je voyageais aussi souvent pour faire des shooting photos donc autant dire que l'on allait pas beaucoup se croiser et que je serais là uniquement pour dormir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: i'll never forget him + kiody  |  Lun 29 Aoû - 22:33
I'll never forget him.
kiody
I'll never forget that smile. I'll never forget him, that's why it hurts that much.

Ca pouvait paraître idiot, je vous l'accordes. Tenter d'expliquer à un garçon qu'on a plus aucun sentiment pour celui dont on porte la bague au doigt, littéralement, c'est très peu logique. Pourtant, c'était la stricte vérité. J'avais aimer Miles, au début de notre relation. Bon, ça n'avait jamais été le genre d'amour passionnel que Kieran et moi avions partager, mais je l'avais aimer un peu. Mais ensuite, une fois que j'avais goûter à l'amour véritable retourner au sien m'avait parru tellement.. Insignifiant. Miles m'aimait, oui, mais Miles aimait aussi beaucoup les autres femmes. La fête. L'alcool, la drogue. Il aimais sortir, faire des tas de trucs avec des tas de gens et moi ce n'était pas trop mon délire. Puis j'avais rencontrer Kieran, j'en était tombée folle amoureuse et puis j'avais eu le coeur briser. Me remettre avec Miles avait à l'époque sembler être la seule chose à faire. Tout le monde voulait nous voir ensemble, mes parents et les siens attendaient le mariage avec impatience.. Et moi je laissait faire, en imitant quelques sourires de temps à autres. Je laissait échapper un nouveau soupire, cherchant les mots pour lui expliquer, me justifier. Lui faire comprendre maladroitement pourquoi j'avais accepter la demande en mariage d'un autre alors que c'était lui que j'avais un jour jurer d'épouser. Il me sortis que dans le fond, Miles & moi étions peut être faits pour être ensemble et je vis rouge, de nouveau. « Sort pas ce genre de conneries de ta bouche. » Avais-je rétorquer froidement. Il ne pouvait pas dire ça, pas lui. Mes parents, mes "amis", toute l'angleterre pouvait le dire, le penser, mais pas lui. Lui il était censé savoir que c'était lui. Que c'est Kieran & Cody l'évidence, pas Cody et Miles, pas Cody et n'importe qui d'autres. Je lui avait ensuite proposer de rester le temps d'une semaine, voir comment la collocation se passerait. Nous étions passer d'un extrême à l'autre entre le moment où la porte d'entrée c'était ouverte et maintenant, mais je retombais plutôt bien dans les même vielles habitudes.. Kieran et moi avions l'habitude des extrêmes en peu de temps. Mais je n'avais pas le temps de répliquer à son presque-refus qu'il répondait à une autre de mes questions, m'apprenant qu'il était en couple.. Je crois que toute expression c'était évaporée de mon visage, toutes sauf une.. La tristesse infinie. Vous voyez, cette sensation d'un poignard planté dans le coeur ? Ce sentiment si fort, si déstructeur qu'on a l'impression qu'on va s'écrouler par terre et ne plus jamais se relever ? C'est ce que je ressentais. Une autre femme partageais sa vie, son lit. Une autre que moi pouvait venir se blottir dans ses bras quand elle en avait envie, embrasser ses lèvres chaudes et si douces quand l'envie lui prenait. Une autre pouvait l'appeler par des surnoms niais mais adorables, le regarder dormir, caresser sa peau, apprendre parcoeur les traits de son visage.. Non, je m'y refusais. Il ne pouvait pas l'aimer. Il n'avait pas le droit de l'aimer. C'est moi qu'il était censé aimer, moi qu'il était censé embrasser. Rien que moi. J'avais envie de me jeter à son cou, m'accrocher à ses lèvres et lui rappeler à quel point ils étaient bons, nos baisers. Envie de lui retirer ses vêtements, de caresser son corps rien que pour lui prouver que personne d'autre que moi ne pouvait lui faire ressentir de l'amour. Je voulais qu'il l'oublie, là, tout de suite. Qu'il la chasse de sa mémoire. Après tout c'était qui cette nana, là ?! Qui lui donnait le droit de débarquer un beau jour et de s'approprier MON Kieran ? Elle le rejoindrais ? Elle le rejoindrais pas, non ! Qu'elle y reste à New York, on a pas besoin d'elle ici. Il a plus besoin d'elle, puisqu'il m'a moi, désormais. Comme si ses années de rancoeur c'étaient envolés en une seconde, la seule chose qui m'animait désormais était la jalousie, à tel point que je n'entendis pas les premières paroles de Kieran, le regard dans le vide. Ce n'est que quand il me demandait quand il pourrait emmener ses affaires que je repris mes esprits. Je le regardais alors. « Euh, quand tu veut. » Je sortis de ma poche un double des clés et lui tendais au moment même où il ajoutait qu'il ferait en sorte qu'on ne se croise pas, je me pinçait alors les lèvres. « Non, fait pas ça. Je veut dire.. C'est chez toi, maintenant. »


©️ Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: i'll never forget him + kiody  |  Mar 30 Aoû - 17:02

i'll never forget you
Maintenant que j'avais vidé mon sac à propos de son fumier de paternel, intérieurement, je me sentais libéré. De mon côté, j'avais fais ce que j'avais à faire, désormais, c'était à elle de voir si elle pensait toujours que son père était tout blanc dans cette histoire, ou si au contraire, il y était pour beaucoup. Elle avait tous les droits de ne pas croire un mot de ce que je lui avais dis, mais au moins, moi, je savais que je n'avais rien à me reprocher. J'avais par ailleurs posé mon regard sur cet anneau qu'elle portait à l'annulaire gauche, je réalisais alors qu'elle avait elle aussi refait sa vie. Tout comme moi finalement. Seulement, intérieurement, une petite voix me disait que ça n'aurait jamais dû se passer comme ça. Qu'elle n'aurait jamais dû s'engager auprès d'un autre, malheureusement, la vie était ainsi faite, mais je ne manquais pas de lui faire remarquer que j'avais bien compris qu'elle était bel et bien engagée. Visiblement, pas tant que je l'aurai imaginé puisqu'elle ne se cacha pas de faire voler cette bague de son doigt pour la laisser ricocher sur le sol. Je ne comprenais pas vraiment ce geste puis elle ajoutait que son fiancé n'était autre que Miles, mais qu'elle ne l'aimait pas. Je secouais négativement la tête, croyant à demi-mot ce qu'elle venait de me dire. Elle ne s'était surement pas engagée avec lui pour rien, c'est que selon moi, quelque part elle l'aimait, c'était son premier petit copain, et surement son premier amour. Elle l'avait peut être quitté pour moi, mais elle était vite retournée avec lui visiblement, et selon moi, cela voulait bien dire quelque chose. Alors, je ne manquais pas de lui faire remarquer que finalement, si cela n'avait pas marché entre nous, et qu'au jour d'aujourd'hui elle était fiancée à cet homme, c'est que peut être ils étaient fait pour être ensembles. Mais je ne pensais pas qu'elle prendrait aussi mal ces mots. C'était censé être l'homme qu'elle allait épouser. Mais elle me répondit sèchement, et froidement, presque avec une certaine agressivité de ne pas sortir ce genre de bêtises de ma bouche. J'arquais un sourcil interrogateur, m'apprêtant à répondre quelque chose, mais au final, je me ravisais pour la simple et bonne raison que cela s'était calmé entre nous, rien ne servait de rajouter de l'essence pour raviver la flamme. Au lieu de ça, je réfléchis à ce qu'elle me dit, et peut-être n'avait-elle pas tord. Peut-être qu'il serait préférable que nous partagions cette maison, afin que cela lui évite de tomber sur un quelconque colocataire bizarre, ou avec lequel elle ne pourrait potentiellement pas s'entendre. Bon, il était clair que partager cet endroit avec cette fille là serait loin d'être facile, peut-être que dans le fond, j'aurai finalement dû refuser, mais je venais de me raviser, acceptant sa proposition. Façon, cela n'engageait en rien, de plus, si cela ne fonctionnait pas, je n'aurai qu'à prendre mes clics et mes clacs et m'en aller d'ici, rien de plus compliqué. Je regrettais toutefois d'avoir répondu avec une telle honnêteté que ma petite amie me rejoindrait dès lors où elle trouverait un travail. Allez savoir pourquoi, mais dans mon fond intérieur, je n'avais pas envie qu'elle sache que j'ai quelqu'un, la connaissant, elle serait capable de penser que j'avais réussi à tourner la page sur elle, que je l'avais oublié, et que j'avais également oublié tout ce que nous avions pu vivre en Angleterre, mais c'était trop tard, c'était dit, je ne pouvais pas revenir en arrière en prétextant que je parlais d'une simple amie, ça serait lui mentir, et je pense qu'il ne valait mieux pas que je me lance là dedans car vu comme elle avait réagi pour le mensonge de son père à mon égard, donc je préférais être honnête avec elle dès le début. Même si je savais que partager cet appartement avec elle n'arrangerait surement en rien ma relation avec ma petite amie actuelle. Je l'apprécie beaucoup. C'est une personne avec le cœur sur la main, qui m'a prouvé qu'elle était prête à faire bien des choses pour que nous puissions réussir à construire notre petite vie, mais je savais que ça ne marcherait pas. Et encore moins si je vivais avec Cody, et puis, c'était comme la trahir, mais une part de moi ne voulait pas quitter cet endroit, une part de moi me poussait à y rester, à tenter le diable, à risquer de me brûler les ailes. J'étais comme ça malheureusement, il y avait des choses que j'avais vécu avec Cody que je ne pourrais jamais oublier, j'avais aimé cette fille de tout mon âme et de tout mon être. Le genre d'amour que l'on ne connaît qu'une fois. Le genre de chose qui vous foudroie, et vous fait comprendre que cette personne est une évidence pour vous. Que c'est elle qui circule dans vos veines et alimente votre cœur. J'avais même remarqué que lorsque je lui avais demandé quand est-ce que je pourrais venir amener quelques affaires, elle semblait ailleurs, et je restais persuadé qu'elle s'était arrêtée sur le fait que j'avais quelqu'un dans ma vie. Seulement, elle parvint à quitter ses pensées, m'expliquant que je pouvais venir quand je voulais. Je précisais toutefois qu'elle n'avait pas à s'inquiéter et qu'elle ne me croiserait pas souvent, du moins, je ferais en sorte que cela n'arrive pas. Je savais que vivre ensembles allait créer un malaise permanent entre nous, c'était prévisible, et je préférais éviter ça. J'attrapais alors la clé qu'elle me tendit, et au contact de sa peau contre la mienne,  c'est comme si mon cœur s'était arrêté de battre le temps d'une fraction de seconde. Je, je suis désolé, lâchais-je dans un premier temps à propos du fait que nous nous étions touchés. Je ne voulais pas qu'elle pense que j'avais fais exprès pour la déstabiliser ou autre. Je te remercie. Si tu vois aucun inconvénient, je pense faire un premier voyage dans la soirée. Je ne tiens pas à rester plus que ça chez mes parents, dis-je simplement. De toute les façons, je n'ai pas ramené grand chose, deux grosses valises ont suffit, ajoutais-je simplement. Il est vrai que je n'avais aucunement envie de rester chez mes parents, vivre dans cette ambiance ce n'était plus vraiment pour moi, je n'avais pas envie de me renfermer là-dedans, bien que j'y passerais déjà surement les trois quarts de mon temps, pour être présent pour mes soeurs, et mon frère, ainsi que pour mon père, mais j'avais envie d'avoir un moment dans la journée où me couper de cette lourde atmosphère, et ce moment ça serait lorsque je rentrerais ici, que j'aurai un petit "chez-moi". Tu peux me faire visiter s'il te plaît ? lui demandais-je car finalement, avec tout ça, je n'avais pas fais la visite de l'appartement, et même si j'avais accepté, je voulais désormais savoir où est-ce que j'allais habiter, à quoi ressemblerait ma chambre.
Revenir en haut Aller en bas
 

i'll never forget him + kiody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARCHIVES :: Cause I'm not thinking straight :: saison trois :: sujets et autres-