AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .

 Que haces aqui ? w/ Bellamy


 :: ARCHIVES :: Cause I'm not thinking straight :: saison cinq :: sujets et autres

avatar
♡ à miami depuis le : 12/11/2016
♡ nombre de post : 823
♡ feat : Chrissy Costanza.
♡ activité : Barmaid et chanteuse amatrice quand elle en a l'occasion.
Sujet: Que haces aqui ? w/ Bellamy   |  Ven 26 Mai - 19:18

Que haces aqui ?
Bellamy & Lyhanna

Vendredi soir, jour où la plupart des gens soufflent en disant que « C'est enfin le week-end. », mais pas Lyhanna. Pour la barmaid, le vendredi soir est le commencement d'un long week-end à finir dans les trois, ou quatre heures du matin, si ce n'est plus. De dix huit heures à quatre heures elle est derrière son bar, à répondre aux demandes de ses clients. De la pression au cocktail avec démonstration au shaker, de la simple petite bouteille de soda au triple whisky, on pouvait dire qu'elle servait de tout. C'était quelque fois lassant, d'autant plus qu'il y avait toujours cette collègue qu'elle ne pouvait pas supporter, Kylie, avec qui elle en était même déjà venue aux mains. Il fallait dire aussi qu'elles s'étaient cherchées mutuellement, et que la brunette n'était vraiment pas du style à laisser passer sans rien dire les crasses et remarques que l'on pouvait lui faire. Puis honnêtement, elle n'était sans doute pas la seule à en avoir envie de puis un bout de temps, c'est juste la seule à l'avoir vraiment fait, les autres ayant sûrement trop peur de se faire virer de leur travail. Rien que de repenser à ce qu'elle lui avait fait, un fin sourire mesquin prit place sur son visage. C'était tout de même jouissif de la voir pleine de mojito de la tête aux pieds, les cheveux tenant en piques gluants sur le dessus de sa tête. Hilarant.

Malgré les tensions avec la prénommée Kylie, la jeune femme était contente de son boulot. Certes les horaires pouvait être des fois contraignants, mais le boulot en lui-même lui plaisait, alors ça ne la dérangeait pas. Bon, peut-être aussi que le fait que le patron l'autorise à se produire de temps à autre pour le bar, sur la petite scène qui accueillait chaque week-end un petit groupe, lui faisait énormément plaisir. Ce n'était pas beaucoup, c'est vrai, mais ça suffisait à la rendre heureuse, rien qu'un peu. Chanter c'était ce qui la faisait vivre, ce qui lui apportait une once de bonheur dans sa vie, alors il est clair que si on l'en privait, elle ne tiendrait pas longtemps avant de plonger encore plus bas qu'elle ne l'est actuellement. Si aux jours d'aujourd'hui elle n'en est qu'à fumer un petit joint de temps à autre, elle en serait là aux injections journalières d'héroïne, et c'est une affirmation : pour dire, c'est déjà arrivé il y a quelques années, vers l'âge de ses dix neufs ans.

Le shaker à la main, la brune était en train de préparer l'un des nombres cocktails dont elle avait la maîtrise, jouant de son instrument à la perfection. Ses gestes étaient maîtrisés, elle connaissait les mouvements sur le bout des doigts, ne laissant aucune erreur passer. Il suffirait d'un faux pas, et le shaker tomberait à terre, et pavec éventuellement des conséquences. Une fois celui-ci prêt, elle le servit dans l'une de ces coupelles à cocktails que l'on ne connait que trop bien, ajoutant un petit parasol décoratif sur le bord de celui-ci avant de le servir à la personne l'ayant commandé. A peine avait-elle posé le verre en face de la personne, qu'une personne la hélait à l'autre bout du bar, en lui demandant un Blue Lagoon. Et c'était comme ça depuis maintenant quelques heures déjà, si bien qu'elle n'avait toujours pas pu prendre de pause.
code by hanska.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: Que haces aqui ? w/ Bellamy   |  Lun 29 Mai - 20:40
¿ que haces aqui ?
❝ lyhanna brooks & bellamy frobisher ❞


Vendredi soir. Les rues et les bar de Miami se remplissaient doucement. J’aimais bien regarder ces gens qui, attablés avec leurs amis, dégustant leurs boissons et fumant des cigarettes, semblaient avoir une vie si facile. Ils travaillaient, pendant la semaine, et quand le week-end arrivait, n’avaient qu’à sortir pour se détendre, pour que tous les soucis quotidiens disparaissent. Ce n’était pas mon cas. Mon travail - enfin, est-ce que l’on pouvait sérieusement parler d’un « travail » ? - me collait à la peau. Je le traînais derrière moi comme on traîne un boulet - ce boulot était mon cauchemar, mon démon, et pourtant, je le faisais. Chaque jour, ou presque, je retrouvais ce même type dont je ne connaissais même pas le prénom, uniquement le nom de code, et à qui je m’adressais pas une parole. Parfois, ce n’était pas lui, mais un autre, selon l’arrivage. Je récupérais les commandes, et j’allais les distribuer dans Miami. La ville semblait prospère le vendredi soir, comme si rien ne pouvait l’atteindre. En cette soirée estivale, tout semblait beau, chaleureux. Mais je savais moi, je savais ce qu’il en était vraiment. Je connaissais l’autre facette de la ville, celle des trafiquants, celle du marché noir. Je savais que Miami était une plaque tournante pour les cartels sud-américains et que ces gens attablés, souriants et insouciants, en cachaient parfois beaucoup plus qu’ils ne voulaient bien le montrer. Cela me faisait cyniquement rire, dans la mesure où je connaissais, moi, les dessous de la ville et de ses habitants. D’autres fois, cela me laissait pensif. J’avais tendance à rire d’eux, à rire de ces habitants qui se cachaient derrière leurs apparences mais qui en réalité n’était rien d’autres que de vulgaires toxicomanes - mais ne faisais-je pas moi-même partie de tout ce système ? N’étais-je pas moi-même une sorte de toxicomane ? Mes habitudes d’héroïnomane étaient très irrégulières, et je pouvais rester plusieurs mois sans y toucher, mais il fallait que je me rende à l’évidence : je replongeais toujours. Il ne me fallait pas grand chose pour que l’aiguille se replante dans mon bras et que, perdu dans une extase sans pareille, je reste plusieurs jours allongé chez moi, sans rien faire, sans même me nourrir. Au fond, je n’étais pas mieux qu’eux, et c’était ce qui me désolait.

Au moins, moi, j’assumais cette part de vice. Je n’avais pas pour but de la cacher aux yeux du monde, même si j’évitais de le crier sur tous les toits. Mais je ne jouais pas des apparences. Je n’aimais pas cela. Je n’avais pas envie de paraître autrement que ce que j’étais, je n’avais pas envie de prétendre faire partie de l’élite miaméenne alors que je n’étais qu’un gamin des rues de Tijuana, ma ville natale. Je n’étais pas d’ici et je ne faisais pas partie de ce monde, je le savais. N’ayant rien de mieux à faire, ce soir-là, j’avais décidé de me balader un peu dans les rues de la ville et de les observer, tous, d’observer cet élan de vie que l’on ne retrouvait qu’en ces veilles de week-end, avant que le lundi ne fasse voler tous ces moments en éclat. Je voulais également me changer les idées, me familiariser de nouveau avec la ville, dont j’avais été absent pendant six mois. Rien ne me semblait pareil, depuis mon retour, sans Hannah… Mais bon. Petit à petit, je me remettrai de cette rupture. Ça n’avait pas été, facile, au début, loin de là. J’avais pété un plomb. Mais aujourd’hui, les choses allaient mieux. J’entrai dans le Seven Devils Bar, un des plus connus de Miami d’après ce que j’en savais - à vrai dire, je m’intéressais assez peu aux bars et à ce genre de trucs. Enfin. Je rentrai, et me postai au niveau du bar. Il était plein à craquer, et je voyais les serveurs faire des allers retours à n’en plus finir. Y’avait pas à dire, mon travail était peut-être beaucoup plus dangereux, mais beaucoup moins exténuant. Attablé depuis quelques minutes, je jouais sur mon téléphone en attendant qu’un serveur prenne ma commande. Au bout d’un moment, je levai la tête. Je n’en cru d’abord pas mes yeux. Je connaissais cette fille, la serveuse qui se tenait en face de moi… Lyhanna ! C’était Lyhanna ! Elle avait énormément changé - enfin, elle avait grandi - et j’avais presque failli ne pas la reconnaître. Enfin, moi aussi je devais avoir changé. Quand on s’était connu, il y a quatre ans, j’avais probablement moitié moins de tatouages que maintenant, une mine bien plus fraîche et surtout, je n’étais pas encore père. Je sortais tout juste de ma relation avec Andrea, quand on était… « sorti » ensemble, même si cela me semblait être un bien grand mot. On s’était fréquentés le temps d’un été. Je la regardai, surpris. « Lyhanna ! » l’appelai-je. Elle se tourna vers moi, et arborait une expression que je ne parvins pas vraiment à décrypter. « Ça fait un bail ! Tu vas bien ? ». Je remarquai qu’elle tenait dans ses mains deux cocktails. « Euh… Je ne veux pas te déranger surtout. Enfin, ça fait plaisir de te revoir, je savais pas que tu travaillais ici ».

©junne.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
♡ à miami depuis le : 12/11/2016
♡ nombre de post : 823
♡ feat : Chrissy Costanza.
♡ activité : Barmaid et chanteuse amatrice quand elle en a l'occasion.
Sujet: Re: Que haces aqui ? w/ Bellamy   |  Mer 7 Juin - 19:06

Que haces aqui ?
Bellamy & Lyhanna

Shaker en main,
Lyhanna préparait son Blue Lagoon, ainsi que le Mojito qui lui avait été demandé par la personne accompagnant l'autre. Les préparations terminées, le tout fut versé dans deux vers différents : l'un étant un verre à cocktail, l'autre ressemblant d'avantage aux verres à Martini comme on pouvait voir assez fréquemment. Une rondelle de citron en plus dans l'un, quelques glaçons en plus dans l'autre et elle enchaînait. Le bar était plein et elle ne pouvait se permettre de traîner. Lyhanna !, entendit-elle dans son dos. Etrangement, cette voix ne lui était pas si inconnue que ça, mais elle lui semblait aussi lointaine. Prise de curiosité, comme à son habitude la brunette se tourna légèrement, laissant apparaître un brun tatoué assis au comptoir. Il lui disait quelque chose, elle se mit à réfléchir en fronçant légèrement les sourcils, comme à son habitude. Ca fait un bail ! Tu vas bien ? Mon Dieu, cette fois lui disait donc quelque chose. « Bellamy ? », demanda-t-elle, quelque peu hésitante et incertaine de sa réponse. Si c'était lui, c'était fou. Quelles étaient les chances qu'elle recroisent son amourette de vacances, ou plutôt son flirt, du Mexique qu'elle avait rencontré lorsqu'elle était dans l'année de ses dix-neuf ans, soit il y a quatre ans ? C'était fou. Complètement fou, et le pourcentage de chance que cette situation arrive était très faible. Mais ça avait suffit pour qu'elle le recroise ici, sur son lieu de travail, en plein coeur de New-York. Euh… Je ne veux pas te déranger surtout. Enfin, ça fait plaisir de te revoir, je savais pas que tu travaillais ici, et autant dire qu'elle-même était assez heureuse de le recroiser, c'était juste... Vraiment inattendu. « Oh non, ne t'inquiètes pas, j'allais justement prendre ma pause. », et c'était vrai. La brune songeait à l'instant à prendre sa pause, si elle continuait à se rythme, elle allait finir par faire un malaise. Il fallait qu'elle mange un bout, même si la connaissant ça ne serait que pratiquement rien. Toujours et encore complexée par sa petite taille et son poids, elle n'était pas loin de compter les calories qu'elle ingurgitait par jour. « Je prends ma pause, les gars ! », a-t-elle hurlé par dessus le brouhaha de la salle, tout en s'approchant de Bellamy. « Je ne savais pas que tu avais quitté le Mexique. , lui a-t-elle dit avant de poursuivre, Sinon, ça va ouais, et toi ? ». Tout en écoutant le brun, elle prit une petite barre de céréales qu'elle grignota sans fin, juste histoire de tenir debout. Elle savait que si elle ne le faisait pas, son patron allait encore lui tomber dessus et c'était tout ce qu'elle ne souhaitait pas.
code by hanska.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: Que haces aqui ? w/ Bellamy   |  Mer 14 Juin - 16:08
¿ que haces aqui ?
❝ lyhanna brooks & bellamy frobisher ❞


Un vendredi soir comme les autres, finalement, pensai-je, presque avec amertume. Les gens sortaient, faisaient la fête. Il faisait beau. Il suffisait d'un regard autour de soi pour capter les bonheurs individuels, de capturer un sourire, un éclat de rire. Miami respirait la vie, en cette soirée estivale. J'avais l'impression d'être une ombre au tableau, une erreur qui venait assombrir la luxuriance de la scène. Assis seul au bar, sans réelle expression sur le visage, je déteignais. Je jetais des regards autour de moi, observant les gens profiter de leur soirée et les serveurs s'affairer à travers la salle. Et moi, j'étais là, sans faire aucune de ces deux choses. J'en vins rapidement à me demander si ç'avait été une bonne idée de venir ici, au final. Parmi tous ces gens, ma solitude ne ressortait que davantage, ce qui était particulièrement désagréable. Pourtant, je ne pouvais pas rentrer chez moi. Je m'y refusais. Il fallait que je me bouge, que je m'aère, que je sorte. Que je me change les idées, ou tous les vieux souvenirs de Miami reviendraient me hanter. Je n'espérais pas grand chose de cette sortie - probablement l'une des premières depuis mon retour ici - ou du moins rien de plus que de m'empêcher de penser pendant quelques heures. Je cherchais juste un temps de répit. Mes idées noires furent rapidement chassées par l'apparition d'un visage connu, fantomatique presque, mais pas encore totalement évanoui de ma mémoire. C'était Lyhanna, une vieille connaissance que je n'avais pas revu depuis des années, et de qui, d'ailleurs, je n'avais pas eu de nouvelles depuis cet été-là, il y a trois ans. D'après mes souvenirs, elle habitait New York quand elle était venue passer quelques semaines à Tijuana. Presque satisfait d'enfin trouver quelqu'un à qui parler, je l'interpellai. Elle parut mettre plusieurs secondes avant de se souvenir de moi, ce dont je ne me formalisa pas. « Bellamy ? » La brune me dévisagea quelques instants. Sa réaction me fit sourire. « J'ai autant changé ? » plaisantai-je. Je savais bien que c'était le cas. Moi-même, je peinais parfois à me reconnaître dans le miroir ; à reconnaître une figure humaine derrière ce visage pâle et cette maigreur maladive.

Je remarquai que la jeune femme avait un shaker dans la main, et aussi m'excusais-je rapidement si je la dérangeais. Les serveurs avaient tous l'air un peu surchargés de boulot, ce soir. « Oh non, ne t'inquiètes pas, j'allais justement prendre ma pause. » Bizarrement, cette nouvelle me réjouit - enfin, relativement, mais j'étais content de savoir que j'allais pouvoir discuter un peu avec elle. Je me sentais d'humeur bavarde, ce soir, ce que je n'étais pas habituellement. J'avais besoin de parler, pour oublier le manque qui commençait à se faire sentir. Lyhanna annonça à ses collègues qu'elle prenait ses pauses, et nous nous retrouvâmes devant le bar, un peu à l'écart des tables. La jeune femme grignotait une barre de céréales tandis que j'allumai une cigarette. « Je ne savais pas que tu avais quitté le Mexique » Sa remarque me rendit presque amer. Même si j'aimais Miami, et que je risquais beaucoup moins ma vie ici que là-bas, ma terre natale me manquait tristement. Je me sentais comme exilé, loin d'elle. Mais maintenant, ma vie était ici ; ma mère et mes soeurs vivaient là, et s'y plaisaient. Je continuai de fumer, lentement, sans répondre tout de suite. « Sinon, ça va ouais, et toi ? » Je relevai la tête, et regardai un instant la jeune femme. Elle n'avait pas vraiment changé, si ce n'était sa coiffure peut-être. J'étais pas vraiment doué pour remarquer ce genre de détails. « Hm, oui, ça peut aller » répondis-je d'un ton vague. Je n'allais pas commencer à lui déblatérer mes problèmes, ou on en aurait pour toute la nuit. « Je suis arrivée à Miami il y a trois ans, en fait. Juste après qu'on se soit connu. Je... On avait besoin de changer d'air » mentis-je, mais d'une façon plutôt convaincante. Je n'allais quand même pas lui dire que ma famille avait été obligée de déménager car ma tête était mise à prix, à Tijuana. « J'étais au Mexique, ces six derniers mois, mais me voilà de retour ». Je tirai une nouvelle bouffée de nicotine. « Et toi, qu'est-ce que tu fais dans le coin ? New York m'a l'air pourtant pas mal, comme ville, à côté de Miami ».

©junne.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
♡ à miami depuis le : 12/11/2016
♡ nombre de post : 823
♡ feat : Chrissy Costanza.
♡ activité : Barmaid et chanteuse amatrice quand elle en a l'occasion.
Sujet: Re: Que haces aqui ? w/ Bellamy   |  Mer 14 Juin - 19:36

Que haces aqui ?
Bellamy & Lyhanna

Le vendredi n'était pas vraiment une journée que Lyha appréciait plus que ça. Elle commençait assez tôt pour finir tard, le bar était bondé la faisant courir sans arrêt. En général, elle revenait le lendemain avec des courbatures aux bras, mais elle s'y était habituée à force. Elle ne pouvait jamais s'accorder de temps de repos hors de ses pauses comme elle pouvait le faire en semaine. Le lundi soir par exemple, elle pouvait prendre le temps de s'asseoir sur le plan de travail de son côté, écoutant la musique qui passait et en fredonner les paroles à voix basse lorsqu'elle les connaissait. Les soirs de week-end, c'était carrément impossible : un mojito par ici, une pression par là, des gâteaux apéros pour la table un peu plus loin, et c'est comme ça de dix-huit heures jusqu'à quatre heures, voir même cinq heures parfois. Bien qu'il y ait toujours quelques choses à faire ces soirs-là, et donc pas le temps de s'ennuyer, ça la saoulait assez rapidement. Les heures paraissaient vraiment longues et les temps de pauses passaient beaucoup trop vite. Alors qu'elle servait un dernier cocktail avant de prendre sa pause, elle entendit quelqu'un l'appeler. La voix ne lui étant pas inconnue, elle se retourna et mit quelques temps à trouver que c'était Bellamy. Elle l'avait reconnu, malgré qu'il avait pas mal changé, mais le prénom avait mit du temps à lui revenir. C'était Lyhanna, elle avait toujours un peu de mal à retrouver les noms qui lui semblaient lointains. « J'ai autant changé ? » lui avait-il dit en plaisantant. « Assez oui, mais tu restes reconnaissable. » avait-elle simplement répondu tout en reposant son shaker qu'elle venait de nettoyer.

Par la suite, le brun lui avait dit qu'il ne voulait pas la déranger dans son service, ce à quoi Lyha répondit en disant que de toute manière, elle comptait prendre sa pause, tout en hurlant à ses collègues qu'elle prenait sa pause, pour que sa voix couvre la musique. Prenant une petite barre de céréales au passage, elle se rendit devant le bar avec Bellamy. La brunette grignota rapidement sa barre sans vraiment prendre le temps de la finir, en mangeant la moitié, peut-être un peu plus avant de se munir d'une cigarette qu'elle déposa entre ses lèvres avant de l'allumer afin de pouvoir commencer à la consommer. Le jeune homme lui demanda comment elle allait, elle répondit positivement avant de lui retourner la question. « Hm, oui, ça peut aller » Ca n'avait pas l'air d'être la grande forme mais elle ne chercha pas plus loin, pensant que si sa réponse était si vague, c'est qu'il ne comptait pas s'éterniser sur le sujet. Elle fit remarquer qu'elle n'était pas au courant qu'il avait quitté le Mexique, et que donc qu'il habitait Miami maintenant.  « Je suis arrivée à Miami il y a trois ans, en fait. Juste après qu'on se soit connu. Je... On avait besoin de changer d'air » La brune hocha la tête sans poser de questions. Si elle avait été à sa place, elle aurait sûrement préféré qu'on ne cherche pas trop à en savoir. Ces sujets étaient souvent des sujets comme tabous. Il précisa aussi qu'il était parti six mois au Mexique avant de finir par revenir sur Miami. Lyhanna fumait tranquillement sa cigarette en l'écoutant. « Et toi, qu'est-ce que tu fais dans le coin ? New York m'a l'air pourtant pas mal, comme ville, à côté de Miami » A peine avait-elle entendu la question que la brune déglutit. Pourquoi avait-elle quitté New York, sa ville natale ? Pour pleins de raisons, peut-être même trop en fait. Elle ouvrit la bouche comme pour parler, mais les mots restaient bloqués dans sa gorge. C'est vrai que la Big Apple est une ville plus attractive que Miami à ses yeux, mais rester là-bas lui était impossible. Si ses démons étaient présents ici, là-bas ils la hantaient. Son passé était là-bas, et elle cherchait à y échapper comme elle pouvait. « J'avais besoin de voir autre chose. » fut tout ce qu'elle pu répondre, les mots lui manquant. Et puis elle ne tenait pas vraiment à parler des détails non plus.  
code by hanska.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: Que haces aqui ? w/ Bellamy   |  Jeu 6 Juil - 0:45
¿ que haces aqui ?
❝ lyhanna brooks & bellamy frobisher ❞


J'étais content de voir Lyhanna, au final. J'étais plutôt parti pour passer la soirée en solitaire, boire un coup pour me changer les idées - j'avais rapidement compris que j'allais en réalité passer la soirée à broyer du noir. J'avais beau être d'un naturel solitaire, je n'aimais pas pour autant la solitude. J'avais juste besoin de m'isoler, régulièrement, mais je ne pouvais pas être seul. Je ne le pouvais plus. Je n'avais plus la force d'affronter les têtes à tête avec mes pensées sombres et mes souvenirs que je n'arrivais pas à chasser de mon esprit. J'aurais voulu tout oublier, mes démons, mes fantômes, tout ce qui me tracassait et que cette ville me rappelait. Le visage d'une brune, le corps d'un homme... Cette nuit me hantait et je ne parvenais pas à oublier, même six mois plus tard. J'avais été bête de penser que je pouvais sortir pour me détendre et oublier mes soucis pendant quelques heures, comme tout le monde ; parce que mes soucis étaient probablement sans commune mesure avec ceux de cette jeunesse dorée qui sortait boire dans les bars les soirs de week-end. Ils ne s'inquiétaient que de leur fin de mois et de leurs déboires amoureux, et j'enviais rêveusement leur vie. J'aurais aimé n'avoir à m'inquiéter que d'argent et de relations - et de fait, malgré tout, ces deux sujets demeuraient des inquiétudes pour moi, mais qui étaient vite balayés par l'ampleur de mes autres problèmes. Balayé par ce regard vide, cette vie prise, enlevée, qui me pesait douloureusement sur la conscience. « Oublie-le », qu'on m'avait, l'oublier parce qu'il n'était rien, du moins plus maintenant, et l'oublier surtout parce que cette nuit-là, ç'aurait été lui ou moi. Et je n'étais pas prêt à rendre les armes, pas encore ; j'avais une fille, des soeurs, une mère qui avaient toutes besoin de moi. Ou du moins, de mon argent. J'essayais de me raccrocher à cette pensée réconfortante, et rapidement mes doutes refaisaient surface - ce type, aussi insignifiant qu'il pouvait me sembler, et même s'il était probablement une ordure de la pire espèce, ce type n'avait-il pas des enfants lui aussi ? Ce type n'était-il pas un père, un mari, un frère, un fils ? La mort d'un homme est une onde de choc. Sa mort de soi n'était rien ; mais c'était les pleurs de ses enfants, de sa femme, de sa famille qui me tracassaient, qui me hantaient. Je ne savais même pas son prénom.

Lyhanna venait me sauver de mes idées noires de la plus délicieuse façon qui soit. Un verre, une clope. Je ne voulais rien d'autre qu'être sauvé de mes névroses et de mes démons pendant quelques instants, quelques instants futiles et inutiles qui ne changeaient rien à ma situation mais qui au moins m'empêcheraient de réfléchir. C'était toujours ça de gagner, quelques minutes de tranquillité. J'étais surpris de la voir par ici, car j'ignorais qu'elle avait quitté New York. Elle me demanda naturellement ce que je faisais ici moi-même, et je tâchai de lui raconter aussi vaguement que possible l'histoire de mon arrivée à Miami. Ça n'avait pas été de gaieté de coeur que j'avais quitté Tijuana, ma ville natale, et mon pays, mais par nécessité. Pour protéger les gens que j'aimais, et qui étaient mis en danger par ma présence là-bas. Par ma présence et surtout par ma capacité inouïe à me mettre dans la merde. M'enfin, je préférais rester flou à ce sujet, d'abord pour ne pas que Lyhanna me prenne pour un dingue, mais aussi surtout pour éviter d'y repenser. « J'avais besoin de voir autre chose. » Sa réponse fut tout autant vague que la mienne, et dans un sens, je pouvais la comprendre. J'avais beau l'apprécier, au fond, je ne la connaissais pas tant que ça et cela faisant un bail que l'on s'était vus. « On a tous les deux nos raisons, j'imagine » dis-je d'un ton un peu malicieux. J'avais compris qu'elle aussi avait des choses à cacher, et je la comprenais. Je n'étais sûrement pas la personne la mieux placée pour lui en tenir rigueur. « Et... la ville te plaît ? Ton taf aussi ? Ça fait longtemps que tu bosses ici...? » Ça faisait pas mal de questions d'un coup, mais j'étais en vérité assez curieux de connaître la nouvelle Lyhanna, celle qui n'avait pas hésité à quitter New York pour bosser dans ce bar branché de Miami. Cela faisait si longtemps que nous ne nous étions pas vus que j'étais curieux de savoir ce qu'elle était devenue. « Miami est une ville sympa. Bizarre, mais sympa ».

©️junne.


(désolée pour ma réponse tardive )
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Que haces aqui ? w/ Bellamy   |  
Revenir en haut Aller en bas
 

Que haces aqui ? w/ Bellamy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARCHIVES :: Cause I'm not thinking straight :: saison cinq :: sujets et autres-