AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .

 comme chien et chat


 :: ARCHIVES :: Cause I'm not thinking straight :: saison cinq :: sujets et autres

Invité
Invité
Sujet: comme chien et chat   |  Lun 17 Juil - 10:45
Les souvenirs, pour certains ils sont tous ce qu'ils leur reste. Un souvenir généralement est rempli de joie et de moments heureux.  Mais parfois, certains on aimerait les oublier. Oublier.. j'ai essayé tellement de techniques pour y  parvenir, cependant, à chaque fois ça revient me hanter. Le soir j'en fais des cauchemars et ça me revient comme des flashs, et à chaque fois j'ai l'impression de tout revivre dans les moindres détails comme si j'y étais toujours et que je ne pouvais plus partir de cet endroit. J'étouffe alors et j'essaye de me réveiller mais rien n'y fais. Ce soir, c'était le cas, alors plutôt que de réveiller mon garde du corps et que shayling l'appelle , j'étais passé par la fenêtre de la chambre de ma meilleure amie Shayling pour ne pas qu'elle entendre la porte qui claque. J'étais aller au premier bar que je croisais sur ma route et surtout ouvert. Tout de suite j'allais vers le barmaid sans me retourner, le soir, on ne peut faire confiance à personne. En même temps à part en Shayling je me méfiais de tout le monde. Je me laissais tenter par tous les cocktails. Jeune homme, je prendrais un peu de tout . Dis je au barmaid pour annoncer la couleur. Je faisais défiler les verres, je sentais ma tête tournée, je tenais à peine sur ma chaise à présent, mais au moins je n'avais fais aucun scandale Eggsy ne m'en tiendrait pas rigueur. Après tout il n'était pas là pour le voir, donc pas vu , pas pris.D'ailleurs en pensant à lui il arrivait , je pouvais sentir l'odeur de son eau de toilette, à force on s'habitue à l'odeur des gens, heureusement pour moi il n'en avait pas choisie une qui sentait la cocotte. Je me retournais vers lui pour me tenir à lui et descendre de la chaise de bar. Egssy chou tu tombes bien j'allais t'appeler pour rentrer, je t'assure. Lui avouais  je en paraissant sur de moi, malgré que je savais clairement que j'aurais essayé de rentrer par mes propres moyens. Tu sais je voulais pas te réveiller en t'appelant et je sais que c'est Shaylig qu'il l'a fait, je suis désolée. Poursuivais je afin de trouver une excuse valable pour ne pas qu'il se fâche contre moi. Je ne voulais pas me le mettre à dos , en ce moment il était la seule personne à avoir une place dans ma vie mise à part Shayling. Je passais ma main dans ses cheveux ensuite et lui répliquais je: tu sais je pense que les bigoudis tirait tellement bien!
Je sentais que je pouvais être aussi lourde pour lui, car il devait me supporter à permanence , je ne voulais pas être un boulet mais je ne contrôlais rien dans ma vie et ça me faisait peur , j'espère qu'il arrivait parfois à me comprendre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
CASABLANCA
♡ à miami depuis le : 06/12/2016
♡ nombre de post : 785
♡ double compte : La belle Mayer
♡ feat : Taron Egerton
♡ activité : garde du corps
Sujet: Re: comme chien et chat   |  Lun 17 Juil - 11:30




Amy & Eggsy

Comme chien et chat

Il devait bien être plus de deux heures lorsque mon téléphone sonna et rien qu'au nom qui s'affichait, je savais d'avance que je pouvais dire adieu à ma nuit... Ceci fut confirmé bien rapidement. Depuis environ deux semaines, j'avais une nouvelle cliente: Amy. Je ne connaissais pas tout les détails de son histoire, de toute façon, je n'étais pas payé pour les connaitre, mais je savais qu'il s'agissait d'une protection de témoin. Bref, dans tous les cas sa colloc venait de m'appeler pour m'avertir de la disparition de la jeune fille. Ce n'était pas la première fois qu'elle me faisait le coup et cette fois-ci, je savais exactement où cherche: dans les bars.  Je soupirais, ne sachant pas trop comment faire avec Enzo. Il était impensable que je le laisse seul alors même si cela m'embêter, j'allais frapper chez ma voisine. Une dame de 60 ans qui vivait seule. Depuis notre arrivée ici, elle s'était déjà énormément attachée à Enzo et peut-être même aussi à moi. Il faut dire qu'elle n'avait plus de famille alors s'était avec plaisir qu'elle s'occupait d'Enzo quand je devais partir précipitamment pour le boulot. Néanmoins, cela m'embêtait toujours de devoir faire appel à elle à une heure aussi tardive.

Quoi qu'il en soit, en moins de 20 minutes, j'étais déjà sur le chemin. Je fis 4/5 bars avant de tomber sur elle.  Bon elle était déjà dans un sale état. Je soupirais avant de m'approcher d'elle. "Désolée? C'est moi qui le suis pour toi!" L'alcool n'était pas une solution, j'étais bien le premier à le savoir. On est souvent amusée devant des gens qui sont dans un état d'ébriété avancé, mais moi ça ne m'amusait plus tellement. "Hum, je préfère les tresses africaines!" J'attrapais son sac qui était resté sur le comptoir du bar avant de me tourner vers la jeune femme. "Allé, je te ramène." soupirais-je. Payé pour faire du baby-sitting. Waouh... l'éclate! Elle titubait tellement que je dû me résoudre à l'aider à marcher jusqu'à ma voiture. Heureusement je n'étais pas garé bien loin. Je m'installais côté conducteur avant de me tourner vers elle. "Deux fois en une semaine, franchement, j'ai autre chose à faire, surtout à 2h du mat'." dis-je calmement. M'énerver ne servirait à rien et puis ce n'était pas dans ma nature de toute manière. "Mon job c'est de te protéger en journée, pas de venir te récupérer totalement saoule comme une ado de 15 ans." C'était clairement une leçon de morale et ce n'était peut-être pas à moi de la faire mais qui la lui ferait sinon? Puis avec le taux d'alcoolémie qu'elle devait avoir dans le sang, ce n'était probablement pas très grave. Elle aurait tout oublié demain.

COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: comme chien et chat   |  Lun 17 Juil - 12:53
Il était tôt dans la matinée, et je commençais à me sentir mal, je voulais souffrir extérieurement surement pour ne pas intérieurement sentir de nouveaux ce mal aise comme à mon habitude. L'alcool était le seul remède que j'avais trouvé, je sais que ce n'est pas une solution mais c'est juste le temps de trouver autre chose. Je teste et je trouvais peut être quelque chose qui sera plus fort pour me faire oublier l'impensable. Je sais que pour une femme ce n'est pas très descend et que j'étais surement dans un sale état, à part Eggsy je voulais que personne ne me voit comme ça, c'est surement pour cela que ma meilleure amie l'a appelé car elle sait que seul lui peut réussir à me faire entendre raison. En peu de temps, je pense qu'il arrive à me cerner, pas toujours mais la plupart du temps au moins. Je sais que je devrais le remercier, néanmoins j'ai ma fierté qui m'empêche de le faire. Il allait encore devoir faire le sale boulot. Je le savais très bien que je n'étais pas facile. Je restais dur malgré la sensibilité et la fragilité dont je pouvais faire preuve au fond de moi. Avec lui, j'étais tantôt adorable, tantôt insupportable. Avec ça, je serais perdue, mais lui il savait faire preuve d'un calme dont je ne savais où il pouvait puiser ses forces. Il m'excusait comme à chaque fois, je savais que ce n'était pas suffisant pour tout ce qu'il pouvait faire pour moi.  Je sais je suis dans un état pitoyable n'est ce pas ? Essayais je de lui faire comprendre malgré que je titubais légèrement. Pourquoi se fâcher ? surtout avec lui , alors je préférais l'emmener sur un terrain qui m'allait mieux , celui de l'humour. Je touchais à ses cheveux , je ne sais pas si c'était pour me rassurer, cependant je me reposais beaucoup sur lui.  Je riais à sa réponse, il restait cool à toutes circonstances, et j'avais besoin de cette légèreté dans ma vie. les tresses africaines? Le questionnais je en riant délicatement. Je regardais attentivement ses cheveux , même avec de l'alcool dans le sang je remarquais forcément qu'il n'avait pas assez de cheveux pour cela. Mais tu as pas assez de cheveux! M'exclamais je en riant plus fortement à présent. Je devais être ridicule , heureusement pour moi le ridicule ne tue pas! Ou alors te faire un chignon tu en penses quoi ? Lui proposais je comme solution alors qu'il me tenait pour me conduire à sa voiture.

Il m'installa , je restais bien sage, j'en avais suffisamment fais pour ce soir . Je te demande pardon, je sais que ce n'est pas assez de dire seulement cela, mais avouer déjà que je suis en tord, c'est plutôt un bon début non ? ! Essayais je de dire pour plaider ma cause. Je connaissais mes erreurs, je les reconnaissais, pour cela je n'étais pas chiante, pour le reste j'étais chieuse à plein temps. Je n'osais pas le regarder j'avais peur de lire dans son regard ce qu'il pensait vraiment à mon sujet, et je savais que je ne pouvais faire face à cela. Pas par lui, je n'aimais pas le décevoir, pas après la patience dont il fait preuve avec moi. Je me pinçais la lèvre ensuite gênée d'entendre qu'il me prenne pour une adolescente de 15 ans, ça faisait mal à entendre, il savait ce que je traversais , que ce n'était pas facile, je voulais sa clémence, je la méritais peut être pas. On arrivait vite à la maison, comme j'avais fais la route à pieds en voiture ça allait forcément plus vite.  

Il descendait le premier, de toute manière j'étais incapable de descendre par mes propres moyens. Il me tendait la main alors je la lui pris et m'appuyer sur celle -ci pour soulever mon corps épave. Je passais ensuite ma main autour de son cou pour me soutenir. Je le regardais , fallait lui faire face à un moment ou un autre. Eggsy chéri ! je dois t'avouer quelque chose. Annonçais je solennellement comme ci  j'allais lui annoncer un grand secret. Tu sais je dois te dire, j'ai déjà regardé 4 fois tes fesses. Je suis désolée. Repris je en riant doucement, je ne pouvais m'empêcher après tout, fallait assumer la vérité. Et tes fesses elles sont bien bombées, je te félicite! Le flattais je en lui adressant un timide petit sourire. Il ouvrit  la porte et je savais qu'il devait déjà partir car il était tard et que tout le monde a une vie , cependant j'étais pas prête à rester seule, j'avais peur de recommencer mes conneries. Tu es obligé de repartir maintenant matelot ? Lui demandais je en restant attentive à sa réponse. J'aime bien quand tu es la Egssy, tu m'apaises. Je sais pas ce que je ferais sans toi, heureusement que tu es là. Poursuivis je en l'attrapant doucement par le bras. Oui j'étais pas prête à le laisser partir, mais il avait un petit bout, alors je pouvais comprendre...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
CASABLANCA
♡ à miami depuis le : 06/12/2016
♡ nombre de post : 785
♡ double compte : La belle Mayer
♡ feat : Taron Egerton
♡ activité : garde du corps
Sujet: Re: comme chien et chat   |  Lun 17 Juil - 17:39




Amy & Eggsy

Comme chien et chat

Me lever à 2 heures du matin pour chaperonnait ma cliente n'était clairement pas dans mes plans. Malheureusement avec elle, on ne pouvait pas dire que j'avais le choix! Je n'osais même pas me plaindre à ma boite, je connaissais déjà leur réponse... En entendant ma vie, déjà bien compliquée, tournait autour d'elle. Si j'avais décidé de réduire mes contrats et de ne plus vivre 7j/7 chez mes clients, c'était pour m'occuper d'Enzo et pour l'instant, je n'avais pas l'impression que rien ne se déroulait comme prévu. D'un côté, on ne pourrait pas me reprocher quoi que ce soit s'il lui arrivait quelque chose en dehors de mes heures services... Mais moi si... Je suis bien du genre à me reprocher pas mal de choses très facilement. "Ca ne sert à rien que je te le confirme..." dis-je simplement. Pas besoin d'en rajouter un couche. Totalement ivre, elle blagua sur mes cheveux et je répondis du tac au tac. Je n'avais pas franchement envie de rire à la vue de son état mais ce n'était pas pour autant que ma répartie disparaissait! "C'est bien pour ça que je les aime." répliquais-je avant d'attraper son sac rester sur le comptoir. "Non, le chignon, alourdis mon visage, ça ne me va pas du tout." dis-je très sérieusement. Je ne savais pas si c'était dû à l'alcool, probablement, mais elle semblait réfléchir à ce que je venais de dire très sérieusement.

Dehors, on trouva rapidement ma voiture et j'aidai la jeune femme à s'installer avant de prendre le volant. Demander pardon à chaque fois que je la ramenais n'était pas suffisant à mes yeux. "Je suis pas sûr, t'as déjà dit ça y a deux jours..." répliquais-je. Certes, ce n'était pas délicat de ma part mais je ne comptais pas rentrer dans son jeux et valider ses dires. Ca n'aidait en rien! Le reste du trajet se fit en silence et je dû me résoudre à l'aider aussi à descendre. Elle s'accrocha à moi et il était presque difficile de marcher. Il était déjà presque 4h, autant dire que je n'allais pas dormir énormément. Génial... "Je te préviens, la prochaine fois tu te démerdes. Je suis garde du corps, pas chauffeur." J'avais dit ça la dernière fois aussi... Trop bon, trop con. "M'avouer quoi? Que je suis un bon larbin? Merci, je le sais déjà" dis-je avant de la soutenir pour monter une pauvre marche. "C'est pas un secret ça. La finesse c'est pas ton truc. Puis juste 4? t'es loin du compte." Observateur? oui je l'étais, c'était mon job après tout d'analyser les gens et leur moindre fait et geste. Je ris à la suite de ses paroles. Elle était vraiment, totalement ivre et au fond c'était loin d'être drôle. "Je te rappelle que je suis ton garde du corps. Merci de garder ce genre de choses pour toi!" J'ouvris la porte de son appartement et l'aidai à s'asseoir sur le canapé. Une aspirine et au lit. "Oui, je suis obligé." répliquais-je simplement. Pas besoin qu'elle en sache plus sur ma vie personnelle. "Ecoute, faut que tu comprennes quelque chose. Mon contrat c'est 9h-18h du lundi au samedi et c'est déjà énorme. J'ai une vie à côté de ça et c'est pas mon rôle de venir te récupérer ivre à je ne sais quel bar. Tu veux te foutre minable? okay, mais fait le chez toi." dis-je simplement alors qu'elle m'attrapait le bras en rajoutant un couche. Okay, cette fille était en total manque d'attention. Je soupirais. "Non, je suis désolé mais j'ai une vie moi aussi. Je peux pas être à ta disposition dès que tu ne suis pas ce qui est dans le contrat. Alors tu vas prendre une aspirine, et aller te couche. Et moi je vais rentrer chez moi, en espérant pouvoir dormir 2 heures de plus."

COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: comme chien et chat   |  Lun 17 Juil - 19:03
Je voyais bien aux traits de son visage et au ton grave de sa voix que je devais l'ennuyer et que ça ne lui faisait pas plaisir de se retrouver ici avec moi. Il doit penser que ça fait petite fille gâtée qui fait n'importe quoi. En réalité je n'étais pas comme ça, j'étais seulement perdue par ce que j'ai vu et entendu qui m'a perturbée. A présent dans la voiture je savais bien que toutes les excuses du monde ne pourraient suffire à ce que je lui fais subir jour après jour. Je sais ce que je t'ai dis y'a deux jour et les jours avant encore. Seulement je ne sais pas comment te montrer combien je te suis redevable. Lui dis je alors sérieusement, me tenant à la poignée de la voiture pour ne pas basculer, l'ivresse n'aidant pas. Je restais bien silencieuse sur le trajet, trop à mon goût et je perdais même le sourire pendant l'espace d'un instant. Je savais que j'avais été trop loin ce soir, fallait que je me fasse pardonner, mais je ne sais comment.  Il me m'aide même à rentrer chez moi, je me doute qu'il n'est pas obligé de faire ça en dehors de ses heures  et je commence à culpabiliser ...je dois certainement à décuver.

Au pas de la porte, il commence à me dire mes quatre vérités, et je ne peux lui en vouloir, à sa place je pense que j'en ferais tout autant, pourtant j'aurais voulu qu'il me comprenne ou alors je lui en demandais peut être trop , je pense que j'attendais trop de sa part, après tout ce n'est pas un ami, c'est juste une personne engagée pour ma protection.  Laisses moi tombé tu as raison Eggsy, fais comme tout le monde vis ta petite vie et ne penses pas aux autres, en vérité tu es tellement différent de ce que je pensais ! Lui clamais je au visage, alors qu'en réalité la personne contre qui j'étais en colère était seulement autre que moi même. Je me rattrapais à la porte en manquant de tomber avant de lui avouer des choses que je n'aurais du , c'est vrai que  ses fesses étaient une partie bien en chair, mais c'était déplacé de ma part de lui avoir dis cela je le regrettais à peine l'avoir dit. Même si je le pensais sincèrement. Je le tapais ensuite légèrement sur l'épaule. Eh ! je suis pas une perverse non plus, 4 fois c'est déjà bien c'est pas non plus des fesses de compétition. Répliquais je en plaisantant. Je voulais pas me disputer avec lui, ça non, en faite je recherchais juste à devenir humaine à ses yeux.

J'insistais ensuite pour qu'il reste, il ne semblait pas d'accord ça se voyait rien qu'à sa posture qu'il était pressé de partir, j'étais infecte en même temps, pourquoi rester en ma compagnie alors que j'étais juste un déchet comme il me le faisait comprendre. Je n'aimais pas la manière dont il me voyait, ce n'était pas moi, je ne pouvais être cela. Alors les paroles qui suivaient aller forcément me frapper en plein coeur. Tu penses que je le fais exprès ? tu penses qu'être comme ça c'est la vie dont je rêve ? Le questionnais je en commençant à monter le ton, blessée de ses paroles.  C'est pas un amusement Eggsy. Lui dis je en l'attrapant par le bras. Je sais que tu as une vie . Ajoutais je d'une voix qui faiblissait , on dirait qu'il arrivait à toucher ma corde sensible. Si tu penses que ça m'enchante de t'embêter, ce n'est pas le cas. Tu es le seul sur qui je peux compter, le seul avec qui je n'ai pas peur Eggsy tu comprends ? Lui avouais je en baissant le regard puis la tête. Eggsy j'ai l'impression que tant que tu es dans ma vie je serais en sécurité, il pourra jamais me tuer. J'ai peur que si tu es pas là , il m'enlève ou bien pire. Continuais je à lui expliquer la voix qui cassait au fur et à mesure.  Mais je me laissais pas me démonter et je continuais encore.

Eggsy j'en dors plus la nuit, et je me sens toute seule face à cela. Tu penses que ce sera fini un jour ? Tu penses que tout ça s'arrêtera ? Les cauchemars? les mensonges ? Lui demandais je en sachant qu'il serait franc avec moi, je savais qu'il ne pouvait me mentir. Est ce qu'après tu seras toujours là ? je suis sure qu'après ils me mettront quelqu'un d'autre car je suis trop pénible. Finis je par lui dire sincèrement. Je m'asseyais alors sur le pas de la porte croisant les bras comme pour me protéger des autres et de moi même. J'arrive pas à reconstruire quelque chose Eggsy, j'ai l'impression de me perdre moi même ... eh.. tu comptes beaucoup pour moi, je ferais quoi sans mon chiant préféré ? Lui dis je relevant la tête les larmes aux yeux esquissant un lèger sourire sur mes lèvres, mais je ne pleurerais pas, je serais forte, surtout face à lui, pas de position de faiblesse.  Demain, pendant ton service on pourrait faire quelque chose tout les deux, une sortie , quelque chose.. enfin je supporte pas que tu vois en moi une femme qui met la zizanie dans ta vie, je suis pas comme ça, je t'assure ..... Lui expliquais je en espérant qu'il me croirait, car j'avais enlevé mes filtres l'espace d'une soirée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
CASABLANCA
♡ à miami depuis le : 06/12/2016
♡ nombre de post : 785
♡ double compte : La belle Mayer
♡ feat : Taron Egerton
♡ activité : garde du corps
Sujet: Re: comme chien et chat   |  Mar 18 Juil - 11:32




Amy & Eggsy

Comme chien et chat

C'est pas que je ne faisais pas confiance à la jeune femme mais on ne peut pas dire que jusqu'à maintenant elle la méritait vraiment...Elle n'avait pas l'air de bien saisir quel était mon rôle. Ca ne la dérangeait pas de me faire lever en pleine nuit parce qu'elle était bourrée. Non, pour elle c'était normal parce que j'étais son garde du corps. "Arrête tout simplement de faire des conneries..." dis-je simplement. Me cantonner à mes heures de services, me satisferaient amplement. D'ailleurs c'est ce que j'essayais de lui faire comprendre. J'étais certes son garde du corps mais pas sa nounou. Bien sûr, une nouvelle fois tout cela lui passa au dessus. D'après ses mots, je n'étais qu'un pauvre égoïste qu'il ne pensait qu'à moi. Serais-je vraiment là si c'était le cas? Je ne répondis pas. Elle ne comprendrait pas de tout façon. On avait tous des choix à faire dans sa vie et j'avais enfin réussi à choisir mon fils et je n'allais certainement pas tout gâcher car elle se sentait seule.

Des commentaires, plutôt déplacés, sortirent de sa bouche. Il s'agissait de compliment en soit, mais ils n'avaient rien à faire dans la relation professionnelle que nous entretenions. J'avais, une fois, dépassé la limite avec une cliente que je devais protégeait... Ca avait faillit me coûter mon poste. Depuis, je restais professionnel en toute occasion. "Je n'ai jamais dit ça, tu déformes mes propos!" dis-je alors qu'elle m'attrapait à nouveau le bras. Ce dernier était bien malmené ce soir! Une nouvelle fois, elle partie dans un discours qui n'avait qu'un seul but, me déstabiliser et me pousser à rester ici pour le reste de la nuit. "Tu n'as pas peur parce que je suis garde du corps, c'est tout. Alors si c'est mon absence qui te fait peur, on peut très bien trouver quelqu'un pour compléter mes horaires." proposais-je. Puis ça m'éviterait aussi de me lever à n'importe quelle heure pour venir la chercher. Cependant, ça, je me cachai bien de le lui dire. La suite de son discours faisait flipper. Elle était en train de me draguer ou je rêvais?! Non, non, plus d'une personne me le confirmerait. Il fallait que je lui mettes un frein et vite. "Ecoute, je peux comprendre ça. C'est pourquoi je vais voir avec ma boite pour qu'il ne mette quelqu'un d'autre sur les horaires où je n'y suis pas." expliquais-je. Mes paroles n'y changeaient rien. Elle avait apparemment besoin de se confier. Je la laissai parler sans lui couper une seule fois la parole. Elle ne me connaissait que depuis deux semaines et j'étais apparemment déjà un rempart dans sa vie. Autant dire que cela faisait flipper. Elle ne pouvait pas s'attacher à moi comme ça. "Non Amy... je peux pas. J'ai bien compris que tu te sentais seule mais non... C'est contraire au règlement." dis-je simplement en espérant ne pas l'avoir vexée. Je soupirais un instant avant de reprendre la parole. "Ecoute, je comprends tout ça...Je sais ce que c'est de se retrouver seul sans personne à qui parler et je sais aussi ce que c'est de se mettre minable dans l'espoir que ça aille mieux... et... c'est pas comme ça que ça va aller mieux... Sors, vis ta vie! La peur ne te fera pas avancer! Et c'est pas mon rôle de te tenir compagnie à longueur de journée. Comme tu l'as dit, un jour je ne serais plus là. Pas forcément pour les raisons que tu as cité, mais il est clair qu'un jour, je ne serais plus là. Ce que je veux dire c'est que tu peux pas et tu ne dois pas compter sur moi à longueur de temps... Il faut que tu vives ta vie, même si ce n'est pas simple." expliquais-je

COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: comme chien et chat   |  Mar 18 Juil - 12:30
En l'écoutant, je me questionnais sur l'image de moi que je pouvais lui renvoyer, j'avais l'impression de ne penser qu'à moi et de ne pas me soucier de lui. En apparence je pense que d'autres devraient être de son avis, alors je me remettais en question , je ne voulais pas lui imposer des choses. Et j'étais dur avec lui alors qu'il prenait du temps que je ne devais même pas avoir en dehors du contrat, je lui en demandais trop et je devais freiner cela. Il avait raison sur un peu, j'étais en sécurité car il était mon garde du corps et c'est exactement dans ce sens que je le pensais il devait avoir compris ce que je voulais lui dire. Je réfléchissais à sa proposition de trouver une autre personne et je pense que finalement ça doit surement être la bonne solution pour qu'il puisse prendre de l'air face à moi.

Oui c'est une solution , tu penses que ce serait possible de le faire assez vite ? Le questionnais je curieusement car j'avais vraiment besoin de quelqu'un à qui parler, et qui pourrait me connaitre telle que je suis , à qui je ne serais pas obliger de mentir. Je poursuivais mon explication d'avoir besoin d'avoir quelqu'un même le soir pour ne plus avoir peur, de pouvoir au moins fermer les yeux sans craindre quoi que ce soit, et encore trouver le sommeil n'est pas chose aisé. Je pense qu'il va falloir trouver une femme. Pour pouvoir parler et m'ouvrir c'est la meilleure chose à faire, parce qu'un homme et une femme ce n'est pas pareil, c'est plus simple, une femme déjà ça écoute plus facilement. Comme ça je pourrais avoir quelqu'un à qui parler et qui pourrait me comprendre. Lui répondis je à sa proposition, je ne voulais mettre fin à son calvaire. Et trouver une solution qui conviendrait pour les deux, alors je lui confiais ce que j'aimerais avoir.

Cependant ce soir, elle n'était pas là , alors c'était à lui que je devais continuer de dire les choses, c'était pas simple de s'ouvrir, et le fait qu'il soit froid n'aidait en rien... néanmoins je ne pouvais poursuivre mes comportements extrémistes qui me détruisaient en même temps et repousser la personne que je suis dans le fond. Je le sentais me repousser encore et pourtant je voulais seulement son amitié, ou du moindre un peu de compassion de la part de l'homme qui était devant moi. En deux semaines, c'est la personne avec qui j'ai eu le plus de contacts et j'avais terriblement la trouille de ne pas réussir à établir juste le contact avec une autre personne que lui. C'est idiot parce qu'il n'avait rien de spécial, c'était un être humain comme les autres. Ou peut être que le fait qu'il soit distant faisait écho à la personne que j'étais à ce moment précis, je ne savais pas. C'était une supposition. Tu peux pas juste avoir de la compassion pour un client? tu ne peux pas bien t'entendre avec ? Et bien c'est bien triste Eggsy parce qu'on est des personnes comme les autres. On est humain, on est pas des monstres. Pourtant à vos yeux , j'ai l'impression de l'être. On se voit tous les jours, on devrait pourvoir se parler, échanger des moments de rire, d'amusements. En tout cas ce serait déjà plus naturel. Soupirais je , se sentir seule, il était loin, je me sentais exclue du monde plutôt depuis mon changement d'identité. J'étais loin de tout. Shayling était la seule à savoir qui j'étais mais elle avait une vie aussi et je ne pouvais pas la freiner. Je voulais qu'elle puisse s'épanouir et je lui souhaitais le meilleur, je souhaitais à tout le monde de vivre, car moi j'étais à moitié morte de l'intérieure.

Il me donnait alors des conseils, je l'écoutais attentivement pour une fois qu'il allait vers moi je n'allais pas le repousser à mon tour, et il semblait d'ailleurs avoir de bonnes idées. Tu n'as pas tords pour la boisson. J'en ai conscience. Mais c'est le seul moyen qui me fait me sentir mieux sur le coup , si je trouve mieux crois moi je passerais à autre chose, mais je n'ai pas trouvé. Lui répondis je courtoisement et honnêtement. Je voulais être franche avec lui, il le méritant avec tout ce que je lui avais fais traverser. Comment vivre sa vie dans le mensonge ? Je peux pas me lier d'amitié à quelqu'un et être franche avec, je ne peux pas être moi même en mentant déjà d'entrer sur mon identité. En ce moment je me suis rapprochée d'une jeune femme, elle s'appelle Lina, et elle est tellement marrante et gentille, je voudrais me lier d'amitié avec elle. Seulement je lui mens et ça me ronge, je lui mens en disant que je m'appelle Ayline. Elle pense que je suis Ailyne. Certes sur le reste je lui mens pas, quand je ris et passe un bon moment c'est sincère. Ca restera un mensonge pour elle quand elle saura tout un jour, enfin si cela se produit. J'ai peur du coup de devoir me freiner, et ne pas m'attacher aux personnes, car le réveil sera difficile. ... Personne ne veut d'une menteuse dans sa vie , personne. Ils vont tous croire que je me suis moquée d'eux et que rien n'était naturel ou vrai. De plus , je culpabilise de leur mentir. je sais pas si je peux vraiment être moi même. Je me sens comme emprisonnée...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
CASABLANCA
♡ à miami depuis le : 06/12/2016
♡ nombre de post : 785
♡ double compte : La belle Mayer
♡ feat : Taron Egerton
♡ activité : garde du corps
Sujet: Re: comme chien et chat   |  Mer 19 Juil - 10:51




Amy & Eggsy

Comme chien et chat

Je ne pouvais pas être 24h/24 avec la jeune femme, à la surveiller. C'était impossible...J'avais une vie moi aussi, même si elle semblait en douter. Voilà pourquoi je proposai une solution alternative. Engager un autre garde du corps qui serait présent quand je ne le serais pas. Elle semblait d'accord avec cette option et sincèrement, cela me soulager. Je n'aurais plus à me déplacer hors temps de travail et embêter ma voisine pour qu'elle garde Enzo. "Ouais, il faut juste que tu en fasses la demande à l'agence. Tu verras les détails avec eux." Tout ce qui était paperasse, ce n'était pas mon domaine, clairement. Amy avait déjà une vision claire de la personne qu'elle souhaitait avoir pour sa surveillance: une femme à qui se confier. Waouh... elle n'y était pas du tout là. Si c'était pour discuter qu'elle avait besoin de quelqu'un, pas besoin d'engager un autre garde du corps, autant aller chez la psy... "Premièrement, je suis pas sûr qu'on te mette une femme. Il n'y en a pas beaucoup qui ose faire se boulot surtout quand c'est de la "protection raprochée de personne menacée de mort". Et quand bien même, l'agence t'en mettrait une. Elle ne sera pas là pour faire la causette avec toi. C'est pas dans nos compétences ça." J'avais l'impression de me répéter et je savais très bien ce qu'elle allait me répondre: que je ne comprenais rien et que c'était bien les hommes de toute façon. Peu importait, cela ne m'atteindrait pas.
Je ne pouvais pas dire que son discours ne me touchait pas. Bien au contraire, mais ce n'était pas mon rôle d'être là pour la réconforter. Je devais me contenter de la protéger et ça s'arrêtait là. Je soupirais à ses paroles pleines de reproches. Même si cela m'embêtait un peu qu'elle me voit comme ça, je décidai de garder mon calme. "Ce n'est pas parce que j'en ai, que je vais devenir ton pote Amy. C'est une relation professionnel qu'on entretient, rien d'autre. Mon rôle n'est pas de rire, de m'amuser ou je ne sais quoi d'autre avec toi. Alors non tu n'es pas un monstre et je ne l'ai jamais pensé! Seulement tu confonds tout." Et c'était bien le cas. Pour elle, je devais à la fois la protéger et être son ami. C'était bien deux choses non assimilables. Pour faire un bon boulot, il faut être neutre et ce n'était pas possible si je me rapprochais d'elle.

Pour moi la jeune femme devait face à plusieurs problèmes. Premièrement, elle devait arrêter la boisson et deuxièmement aller voir un psy. Elle en avait bien besoin. "Ne le prends pas mal, mais tu devrais aller voir un psy... T'as besoin de parler et à une personne compétente de préférence." proposais-je en espérant qu'elle ne le prenne pas mal. J'essayai juste d'aider, mais je n'avais pas forcément le tact. J'en étais conscient. Elle m'exposa son problème et je comprenais très bien qu'elle puisse se sentir seule. Le problème c'est que je n'avais aucune solution à lui fournir. Le mensonge, puisqu'elle refusait de témoigner, elle vivrait dedans toute sa vie. "Peut-être que la seule solution pour te libérer, c'est de témoigner..." dis-je simplement "Tu risques plus en ce moment, qu'une fois qu'il sera derrière les barreaux."


COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Sujet: Re: comme chien et chat   |  Jeu 20 Juil - 12:46
Je commençais à me faire à l'idée d'avoir un autre garde du corps, certes peut être qu'on ne pouvait pas être fort proche mais au moins il serait surement déjà plus bavard qu'Eggsy. Parfois j'avais l'impression de me frotter à un mur ou une armoire à glace, tellement il était froid. Pourtant il était quand même attachant d'une certaine façon je supposais. Je ferais les démarches, j'essayerai de les joindre demain. Lui promis je , afin de pouvoir trouver un terrain d'entente. Puis il n'était pas là pour tout faire à ma place, ni pour me rendre la vie plus facile, il était juste un piquet qui me suivait partout et qui ne parlait pas, du moindre c'est cette image de lui qu'il me renvoyait. J'ajoutais même que je désirais une femme, qui serait plus à même de me comprendre, du moindre c'est ce que j'aurais souhaité , car il me faisait clairement comprendre que mon souhait ne pourrait être exhaussé. J'haussais un sourcil, écoutant attentivement sa tirade. Je me demande c'est quoi vos compétences, parce que vous êtes la immobile, et ça me met mal à l'aise, je veux juste être une personne, pas un objet, qu'on devrait remettre intacte à quelqu'un. Clamais je déçue et désespérer de voir que des personnes pouvaient être sans sentiments. Je demande pas non plus une confidente, je veux juste qu'elle me parle, qu'elle me voit, que je me sentes existé et qu'elle comprenne ce que je peux ressentir et que j'ai besoin d'éclater parfois et de faire des conneries pour avoir l'impression de me sentir plus libre et mieux. Poursuivais je même si je sais pertinemment qu'il était borné.

Peut être qu'il avait raison en parti et que j'avais besoin de quelqu'un pour me soutenir et me réconforter. Il commençait à créer le doute dans ma tête, mais je savais aussi que je connaissais les limites, le contrat je l'ai lu, cependant le côté humain devrait prendre le dessus parfois. Je serais incapable d'être complètement de marbre vis à vis d'une autre personne. Pourtant je me méfie de tout et de tout le monde et il n'empêche qu'une partie de moi veut toujours aller vers autrui. Je pense que c'est ça le problème plus la personne est têtue et froide et plus je veux creuser en tant qu'Amy. Si j'étais Ayline à pleins temps peut être que ça aiderait, je serais moins à l'écoute de mes émotions et je serais plus repliée sur moi, et je me moquerais des autres et de ce qu'ils pensent. Toutes sortes d'idées me traversaient l'esprit et je me sentais un peu perdue, fallait que j'arrête pour ce soir, devais je arrêter les conneries pour de bons ? C'était trop compliqué, je ne pourrais assumer de souffrir mentalement...

Non, c'est juste toi qui est borné et qui ouvre pas les yeux. Ce n'est pas parce que tu vas rire avec moi , que tu ne vas pas être capable de me protéger, au contraire plus tu connaitras la personne, mieux tu pourras la protéger d'elle même déjà et aussi des autres je pense. Lui conseillais je en devenant plus sérieuse en essayant d'avoir l'esprit clair. La preuve en est ce soir, tu as su où me trouver, si tu ne me connaissais pas un minimum, tu te serais planté, et j'aurais été en danger. Ajoutais je pour bien lui faire comprendre ma pensée. .

C'est alors que la conversation aboutissait à un moment que je n'appréciais guère, et c'est sur que sa réplique je la sentais un peu piquante et elle n'était pas à mon goût. Je l'avais même un peu amer, vous savez ce goût dans la bouche quand quelque chose vous prend à vif et que vous digérer mal?! C'était bien cela. Je pense que mes joues devaient rougir, d'un rouge vif et ardent. Cependant , je tentais de tout intérioriser, il était bien patient avec moi alors je lui devais bien de garder mon calme pour une formule de phrase surement maladroite, du moindre c'était ce que j'espérais. Une personne compétente? tout va bien dans ma vie, je dois juste pas me faire tuer, c'est assez simple je trouve, me planquer dans un trou, ne pas être soit même et surtout obéir aux ordre de son garde du corps, se comporter bien gentiment . Beh ce n'est pas moi, je suis impulsive, j'aime vivre, j'aime m'amuser, et j'en ai marre des protocoles. Clamais je à voix haute et puissante. Je trouve que c'est plutôt simple. Ajoutais je d'une voix qui faiblissait. Et puis, une psy même si elle a le secret professionnel, si je me fais suivre ou traquée, et bien ça risque de compliquer les choses. Et je perdrais ma protection et mon identité pourrait être dévoilée, je serais plus facilement détectable. Lui dis je tout simplement, je n'étais peut être pas si bête dans le fond. J'étais bien consciente des risques que j'encourais, et les risques je les prenais en pleine connaissance de cause.

Je soufflais pour me calmer et rester zen. Il me proposait alors une autre idée de témoigner. C'était également l'avis de mon avocat. Alors elle devait pas être stupide, pour que plusieurs personnes me la soumette. J'y pensais , la nuit ça m'obsédait même...souvent après les cauchemars. Et finalement je me résignais je ne pouvais le faire, c'était au dessus de mes forces. Je repoussais toujours les dates avec l'avocat, je changerais d'avis à la dernière minute, le ventre noué. Tu penses qu'il y a moins de risques ? Répondis je surprise. Moi je pense qu'il a des connaissances dehors et si je le fais enfermé et bien ma vie sera plus courte que prévue. Lui mentionnais je effrayée rien qu'à l'idée que ma vie puisse prendre fin du jour au lendemain.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
CASABLANCA
♡ à miami depuis le : 06/12/2016
♡ nombre de post : 785
♡ double compte : La belle Mayer
♡ feat : Taron Egerton
♡ activité : garde du corps
Sujet: Re: comme chien et chat   |  Lun 31 Juil - 11:50




Amy & Eggsy

Comme chien et chat

Mon boulot n'était pas des plus simples surtout quand la cliente que vous devez protéger s'amuse à enfeindre les règles! Je ne pouvais pas etre présent H24, alors soit elle restait chez elle la nuit, soit elle engagé quelqu'un d'autres. Déjà 3 fois cette semaine que je devais me débrouiller pour Enzo par sa faute. Certes elle n'était pas au courant de l’existence de mon fils, mais elle devait bien se douter que j'avais une vie privée, non? On n'emmerde pas les gens à 2h du matin, c'est totalement égoïste. Puis, elle prétend avoir peur qu'on ne la retrouve mais en même temps part se balader seule la nuit. Qui m'explique?! Je soupirai pour la énième fois à ses paroles. J'étais pourtant du genre calme, mais là, elle commençait sérieusement à me taper sur le système! "Je me répète, mais si t'as besoin de parler, c'est pas vers nous qu'il faut te tourner. Ouais, j'imagine que tu n'es pas dans une position facile, mais je suis désolé, quelque soit ton autre garde du corps, même plus sympathique que moi, il ne pourra rien faire pour toi. Copiner, ce n'est pas dans notre fonction." lâchais-je. Depuis 5 minutes, je gaspillais mon temps à tenter vainement de lui faire comprendre que je n'étais pas son ami ou quoi que ce soit d'autre.

Sans s'arrêter, elle continua à tenter de me prouver par a + b que je devais la connaitre parfaitement pour pouvoir mieux la protéger. Je ris, mais il s'agissait là d'un rire jaune. "T'aurais été en danger ouais, mais en aucun cas par ma faute! C'est toi qui ne respecte pas le règlement!!" dis-je plus sèchement que je ne l'aurais souhaité. Si elle avait besoin confier ses peurs, seul un psy pouvait l'aider. Seulement cette réfléxion aussi, elle ne l'apprécia pas! "Arrête de te plaindre un peu! T'as pas la seule à devoir faire des choses qui ne te correspondent pas! Tu crois que devenir garde du corps était dans mes ambitions? Beh absolument pas! Seulement je pense pas qu'à moi! J'ai des responsabilités et je les assume, alors merde fais pareil!" lâchais-je en colère.
Si elle voulait pouvoir vivre normalement, il fallait qu'elle témoigne. C'était la seule solution. Seulement, comme d'habitude, elle n'était pas de mon avis. "Fais ce que tu veux... Qu'est ce que tu veux que je te dise?! T'es absolument pas d'accord avec ce que je te dis de toute façon!" Lâchais-je avant de me diriger vers la cuisine. Je pris un verre d'eau et une aspirine que je repartis donner à Amy. "Tu bois ça et tu vas te coucher. Moi je m'en vais." dis-je simplement.



COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: comme chien et chat   |  
Revenir en haut Aller en bas
 

comme chien et chat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARCHIVES :: Cause I'm not thinking straight :: saison cinq :: sujets et autres-