les scénarios attendus
Ryder (négociable) est agent de la CIA, plutôt haut placé, et son histoire personnelle est au choix, bien que tu puisses trouver des pistes et des idées dans le scénario. Il est l'agent traitant d'Anteynara, une tueuse professionnelle qu'il a recrutée il y a quelques mois. Ils entretiennent une relation pro, qui risque sens cesse de dépasser cette limite-là, sont très différents mais ont pourtant des choses en commun. Il est responsable des faits et actes de la jeune femme, qui pendant des années a été habituée à agir seule. C'est un duo qui promet son lot de rebondissements !
Ryder • 25/30 ans • Employé de la CIA • Tyler Posey, Pierre Niney, négociable • lien
Il est né à New York, il a été élevé par sa mère seulement. À l'adolescence, on pouvait dire que Blake était un passionné de hockey. Puis, un jour, il a vu Aloysia patiner, libre comme l'air, il a été impressionné et il a voulu essayer le patinage artistique. Il a apprécié, même que la jolie blonde lui a demandé d'être son partenaire, il a accepté. Il a développé une attirance pour le patinage artistique et son but est devenu de faire des compétitions. Pour aider financièrement sa mère, il a fait des boulots pour être payé au noir. On peut dire qu'il en a bavé, mais on peut aussi dire que c'est un grand travailleur. Il a beaucoup voyagé pour ce sport qui l'intéressait d'abord. Il a fait la rencontre d'Aloysia où rapidement ils devinrent partenaires de patin. Une longue histoire se développèrent tous les deux jusqu'au jour où un accident survint, Aloysia ne pouvait plus patiner, alors il s'est tourné vers une autre partenaire de patin: Emily. Malheureusement, ils ne gagnèrent rient tous les deux c'est pourquoi il revint 2 ans après vers Aloysia pour retenter les compétitions. Mais toute bonne chose a une fin, après les compétitions, il a décidé de se tourner vers son autre sport favori: le hockey. C'était d'abord un loisir, mais il fut rempli de joie lorsqu'il apprit qu'une équipe voulait bien de lui.
Blake Harmon • 27 ans • Hockeyeur • Bob Morley • lien
Sami et April se sont rencontrés lors d'un voyage en Turquie, ils ont dû travailler ensemble quelques temps puisque Sami est (journaliste?). Pendant ce temps il a aidé April d'une grande moise et pour le compenser il lui a demandé un mariage blanc afin d'avoir accès aux grand pays d'Amérique. April n'a pas eu le choix que d’accepter. Malgré tout, ils passent leurs temps à se chamailler, jamais d'accord sur une même chose, mais très protecteurs l'un vers l'autre. De vrais caractères de cochons mais qui s'aiment en quelques sorte au fond même si personne n'osera jamis l'avouer. Tout cela promet donc pleins des hauts et des bas bien drôles.
Sami Moreno • 29 ans • Journaliste • Dave Franco • lien
Cassandra Keating est née dans la ville de New York, elle a grandi dans des beaux quartiers contrairement à Jake, elle est l'unique fille d'un sergent de police et d'une femme médecin connue à l’hôpital de New York, elle a donc grandi dans un milieu aisé contrairement aux enfants pourris gâtés qui profitent de l'argent de leurs parents. Cassandra n'est pas ce genre de personne, bien sûr ses parents sont riches mais elle ne profite pas de leur argent au contraire elle a toujours voulu gagner son argent elle-même. Cassandra se voyait un grand avenir dans le milieu médical elle voulait devenir médecin comme sa mère mais lors d'une soirée entre amies dans l'un des bars branchés de New York Cassandra est témoin d'une agression que l'une de ses amies d'enfance subit, elle aida la jeune femme à se débarrasser de son agresseur et c'est à ce moment-là que Cassandra changea radicalement d'orientation professionnelle elle ne voulait plus être médecin comme sa mère mais flic comme son père parce que pour elle, elle voulait aider les gens qui en avaient le plus besoin elle voulait faire régner l’ordre dans les rues de New York. Elle en parle donc à ses parents pour son père c'était une fierté pour lui que sa fille suive ses pas dans la police en revanche sa mère qui était déçue que sa fille ne veuille plus être médecin réagit mal à la décision de sa fille sur son choix de carrière, la peur avait pris le dessus déjà qu'elle avait peur de perdre son mari un jour ou l'autre à cause de son métier de flic sa peur sera doublée lorsque sa fille sera devenue flic à son tour. Cassandra était bien décidée à devenir flic et poursuivit des études pour devenir flic c'est là qu'elle rencontre Jake qui faisait aussi ses études de flic les deux jeunes gens deviennent très vite amis durant leurs études, après ses études terminées Cassandra est promue dans un commissariat non pas de New York mais de Los Angeles elle part donc après ses études là-bas au grand dam de ses parents qui pensaient voir leur fille vivre à New York. Trois ans se sont écoulés depuis qu'elle s’est installée à Los Angeles Cassandra adore son métier de flic mais elle n'était pas tout à fait heureuse là-bas sa famille lui manquait trop elle ne les voyait pas assez pour elle, elle décide donc de revenir dans la ville de sa naissance et demande d'être transférée au commissariat de New York. De retour à New York elle se sent à nouveau heureuse parce que c'est ici qu’est sa place et lorsqu'elle joint la brigade de police de New York elle travaille avec son père mais elle retrouve aussi Jake avec qui elle avait fait des études. Les deux jeunes gens retrouvent donc leur amitié mais ils commencent aussi une histoire derrière le dos du père de la jeune femme qui avait mis sa fille en garde contre Jake qu'il ne trouvait pas sérieux dans les relations et ne voulait pas que sa fille souffre à cause de lui mais Cassandra n'écoute pas son père et continue son histoire avec Jake. Ça fait un an que Cassandra et Jake sont ensemble c'est la première vraie relation de Jake qui lui n'est pas du genre relations sérieuses il est vraiment accroché à cette fille, les deux jeunes gens sont appelés pour intervention dans un immeuble où des tirs de coup de feu sont échangés entre des tueurs et des policiers déjà sur place qui avaient besoin de renfort, ils vont donc tous les deux aider leurs collègues mais aussi le père de la jeune femme qui était sur les lieux, arrivé sur les lieux Jake rentra dans l'immeuble suivi du père de Cassandra mais l'intervention ne se déroule pas comme prévu une bombe explose dans l’immeuble où se trouve Jake et le père de Cassandra les deux policiers se retrouvent donc coincé dans l'immeuble qui commence à s'effondrer petit à petit Cassandra commence donc à avoir peur de perdre les deux hommes de sa vie mais Malheureusement elle perdit son père qui n'avait pas survécu à cette bombe qui a explosé. Après l'enterrement de son père Cassandra décide de rompre avec Jake ne supportant pas qu'il lui arrive quelque chose et qu'elle le perde lui aussi elle préfère mettre un terme à cette relation et décide de quitter la ville en retournant à Los Angeles Jake ne la retient pas et la laisse partir. Aujourd'hui quatre ans se sont écoulés depuis le décès de son père Cassandra est retournée vivre à New York auprès de sa mère mais aussi elle avait envie de revoir Jake mais elle apprend que Jake ne vit plus à New York et qu'il a déménagé à Miami elle décide donc de partir là-bas pour retrouver le jeune homme et lui avouer qu'elle ne l'a jamais oublié et qu'elle avait fait une erreur en le laissant y a quatre ans ....Plus d'un an sont passés depuis que la jeune femme est venue s'installer dans la ville de Miami, il s'en est passé des choses entre la jeune femme et Jake qui n'ont pas été toujours roses entre les deux, y a eu des hauts et des bas, faut dire que Jake ne rend pas la tâche facile à la jeune femme pour le reconquérir, le jeune homme n'est pas le genre à se dévoiler lorsqu'il s'agit de sentiments.Ça fait quatre mois que Jake a appris qu'il avait une tumeur au cerveau et la maladie du jeune homme pourrait davantage rapprocher les jeunes gens au plaisir de la jeune femme.
Cassandra Keating • 29 ans • Inspecteur de police • Minka Kelly • lien



 




Partagez | .

 It's not true that I had nothing on. I had the radio on. (chris)

 :: miami beach :: Sud de la ville. :: habitations :: ☾ Chris Johnson
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

avatar
☾ Drame


☾ à miami depuis le : 27/01/2016
☾ nombre de post : 1165
☾ double compte : anteynara la tueuse sexy, halcyon l'amnésique et andrea le révolutionnaire révolté.
☾ feat : harry styles le magnifique.
☾ anniversaire : 03/01/1993
☾ activité : prostitué. anciennement auteur-compositeur-interprète.
Sujet: Re: It's not true that I had nothing on. I had the radio on. (chris)  |  Jeu 11 Oct - 16:39
It's not true that I had nothing on. I had the radio on.
chris — erwan
Il avait désobéi, et il allait maintenant en payer le prix. C'était ainsi, c'était normal. Il ne pouvait en vouloir ni à Chris, ni à Monsieur, ni aux autres. C'était lui qui n'avait pas su résister. Il avait taché les vêtements de Chris et de son ami, et leur colère était légitime. Ca n'empêchait pas que ça faisait atrocement mal, et que deux petites larmes s'étaient échappées de ses yeux. Chris s'approcha pour lui parler droit dans les yeux, son visage froid à quelques centimètres à peine de celui d'Erwan. "Tu vas réparer tes conneries, nettoyer et te préparer pour ta punition !" Il n'eut pas le temps de répondre. Chris s'était levé et était sorti, le laissant là avec les invités. Monsieur s'approcha alors de lui. « Nettoie » il ordonna en désignant la tache de sperme sur son pantalon, et Erwan s'exécuta, sortant la langue pour ramasser ce qu'il avait laissé là sur le tissu. Cela fit rire les autres. Quand Chris revint, ils s'étaient un peu calmés, étaient plus occupés à boire et à se marrer entre eux. La main de Chris saisit ses cheveux. "Tu connais ta place, vas-y et attends tes instructions!" Oui, il connaissait sa place. Dans le coin, près des chaînes, là où il passait la majorité de son temps depuis quelques mois. Il y alla, à quatre pattes, et resta placé là en attendant la suite. L'homme qui lui avait demandé de tourner sur lui-même s'approcha alors, pendant que les autres avaient une petite discussion qu'Erwan n'écoutait pas. Il se plaça devant lui, et il sortit son sexe. « Branle-moi » Le jeune homme s'exécuta, sans tarder une seule seconde. Il posa sa main sur la queue offerte à lui, et se mit à la caresser. Chris arriva pour passer les chaînes dans les boucles de son collier, et pour attacher ses poignets également. "Là, t'es une bonne petite pute maintenant!" Erwan baissa la tête, un peu honteux, et continua de s'occuper du sexe de l'autre homme. Il fallait être polyvalent, c'était important. Après cela, ce fut une succession de douleurs toutes différentes et toutes plus intenses que les autres. Sa punition était bien là, elle avait commencé, et à en croire ce que Monsieur disait, ça durerait toute la nuit. Erwan ne savait pas trop ce qu'il faisait là, s'il allait pouvoir supporter tout ça. Il ne savait pas pourquoi il était là et pourquoi il acceptait tout ça. Parce qu'il était l'esclave de Chris, sa pute. Alors oui, il devait. Il devait subir les vibrations de l'oeuf en lui, et les coups de fouet qui pleuvaient sur son pauvre corps. Parce que son seul but était de contenter Chris, de lui rendre service, de lui être utile pour son plaisir personnel. Et rien que ça, ça devait faire d'Erwan une pute comblée. Il devait continuer à s'en convaincre, sinon jamais il ne survivrait à cette nuit. "Tu va prendre cher petite putain! Je veux que tu nous supplie de te punir parce que tu été désobéissant!" Les phrases sortaient par-ci et par-là, au milieu du flot de douleur. "Et soit convainquant! Si on ne te trouve pas convainquant, tu prendras encore plus cher petite pute!" Leurs deux voix se confondaient et se mélangeaient, ne faisaient pratiquement qu'une. Et de toute façon, ça ne changeait rien pour Erwan. Tout était mélangé. Les chaînes se tendirent, sans doute qu'un d'eux avait actionné le mécanisme qui les fit monter un peu, et Erwan se retrouvait redressé, sur ses genoux, les bras un peu écartés de son corps, offrant aux autres un accès facile à son corps. Monsieur était autour de lui, avec son fouet et lui hurlait encore de supplier. Alors Erwan suivit les instructions, entre ses pleurs et sanglots. « Punissez-moi s'il vous plait. Pitié. Je suis une vilaine petite pute. Je le mérite je le mérite » qu'il suppliait, et une part de lui y croyait réellement. Il avait désobéi, il avait été vilain, et c'était normal. Peut-être qu'après suffisamment de coups de fouet, il ne jouirait plus jamais sans autorisation. Et au bout d'une éternité, Monsieur devait être fatigué, parce que son bras retomba un peu et les coups cessèrent. Pas assez fatigué pour arrêter non plus. "Chris, tu as déjà essayé la DP?" Pitié pas ça. C'était sa première pensée. La seconde, presque simultanée, c'était qu'il le méritait, que tout ce qui pouvait leur faire plaisir était mérité. "On va éviter le lubrifiant, que tu ne jouisses pas comme la pute que tu es. Je préfère que tu ais mal, je veux te voir souffrir!" Ca lui rappelait Leo, un souvenir lointain qui subitement se manifestait. La langue qui glissait sur sa joue, geste de prédation et de mépris. Il laissa Monsieur d'occuper de tout, et soudain Chris était là, à moitié en-dessous de lui, et des mains sur ses hanches et ses fesses le guidaient pour l'asseoir sur le sexe de son ami, qui ne perdit pas de temps et commença à donner des coups de reins. L'instant suivant, la douleur déchirante s'empara de lui quand Monsieur le pénétra lui aussi, et tout ce que Erwan pouvait faire, c'était rester ainsi à gémir et à crier, sangloter et étouffer, avec son corps affaibli qui rebondissait et se faisait maltraiter. Son visage était couvert de larmes et de sueur, son expression tantôt celle d'une douleur intense, tantôt entièrement vide. Il essayait de fixer un point et de ne pas penser à l'affreuse douleur, non seulement physique, mais aussi au mal dans son coeur, dans son ventre et ses os. « T'es bonne, putain » grognait Monsieur directement dans son oreille, léchant encore son visage, dont l'eau salée devait pétiller sur sa langue. Chris finit par jouir. Il n'en était pas heureux, visiblement, et claqua le visage d'Erwan. "Tu n'avais pas le droit de me faire jouir!" Les coups reprirent. Erwan ne se soutenait plus, tout son poids était maintenu par les chaînes qui le gardaient à moitié redressé sur ses genoux, tandis que Monsieur prenait possession de ses fesses, s'enfonçait en lui avec force. Les coups de fouets pleuvaient sur son corps, et une fois de plus il fut rempli de semence. Celle-ci coulait sur ses cuisses, et Monsieur, une fois heureux et bien content, se dégagea, laissant son trou béant. Chris lui mit une nouvelle gifle, et desserra les chaînes à nouveau pour qu'Erwan aille s'écrouler sur le sol. "Tu as vue ce que tu a fait gamin? T'es vraiment un bon a rien, incapable de faire ce qu'on te demande! Je vais te donner une bonne correction moi! Suce petite putain!" Chris lui présentait son sexe, et que pouvait-il faire à part obéir ? Il n'avait pas dans l'idée de faire autre chose. Le sexe dur de Chris était enfoncé dans sa gorge et jusque là, tout se passait relativement bien. Mais il se retrouva vite plaqué au sol, une main serrant son cou, et les coups de bassin de Chris directement dans son visage, alors qu'il lui baisait la bouche avec toute la violence qu'il possédait. Monsieur n'avait pas hésité, et avec le bout d'une cravache, il s'était mis à titiller le sexe d'Erwan. Celui-ci était déjà terriblement douloureux, enfermé dans la cage en métal, mais cette nouvelle dose d'excitation (dont il ne voulait même pas, mais contre laquelle il ne pouvait rien) le faisait souffrir affreusement. Quand Chris se retira enfin, ce fut pour couvrir le visage d'Erwan de sa semence. "Oui voilà.... Là t'es un bon gamin, une bonne petite salope! Je vais pouvoir te louer après ça!" Il resta couché là, ainsi, immobile et faible. Les mots n'avaient pas trop pris de sens dans sa tête, pour lui, tout ce qui arrivait là ce soir, ça allait passer. Chris était bon avec lui. Il le savait. Monsieur continuait de jouer avec son sexe, de glisser le bout de la cravache sur ses testicules, son périnée, tout ce qu'il pouvait atteindre. Et Erwan se tortillait un peu. Il ne savait pas comment tout ça pouvait l'exciter, ça devait être biologique, mais ça continuait. « Le louer ? J'ai des potes qui pourraient être intéressés. Franchement avec cette salope tu pourrais te faire un paquet de fric » Erwan y avait déjà pensé lui aussi. Mais bon, les mots étaient lointains pour lui, il était trop absorbé dans sa douleur. Il gémissait, il devait bien avoir l'air d'une pute, plus que jamais. A se cambrer là, sur le sol de la salle de jeux. Sous les regards des hommes et de la seule femme présente. « Regarde toi. A peine rempli et je suis sûr que t'en redemanderais » Erwan gesticulait. Il ne savait plus quoi faire. « Vas-y. De quoi tu as envie ? Supplie. Fais ça bien. » Erwan prit quelques longues secondes pour se redresser. Pour essayer de se mettre à quatre pattes, ou au moins de s'asseoir sur ses jambes repliées sous lui. « Dis-nous de quoi tu as besoin » Une fois assis là, la cravache qui continuait de s'aventurer un peu vers ses parties intimes, il leva un regard suppliant vers Monsieur. « J'ai besoin d'être baisé comme une pute. Pitié. Je... J'ai besoin » il avait du mal à s'exprimer, entre les gémissements. « Tu veux nos grosses queues dans ton petit trou ? » il demanda, doucement, caressant les cheveux d'Erwan. « Oui Monsieur » Et Monsieur attrapa son collier pour le traîner jusqu'à Chris et le déposer là, sur ses petits genoux, aux pieds de son ami. Il adressa un sourire complice à Chris, avant de souffler à Erwan. « Vas-y, supplie-le. C'est lui le maître après tout... » Et oui, même si Monsieur s'était bien imposé depuis le début, Erwan n'oubliait pas à qui il appartenait. Il passa sa langue sur ses lèvres et releva ses yeux humides vers Chris, s'apprêtant à ouvrir la bouche. A ce moment, il sentit la cravache de Monsieur glisser entre ses fesses et aller chatouiller son entrée. Il gémit, lâcha un soupir, et ne put s'empêcher de tendre les fesses en direction de la cravache pour chercher le contact. Il était réellement une pute, rien de plus. « Parle ! » ordonna, plus fermement, Monsieur, lui claquant un petit coup sur la fesse avant de reprendre ses caresses qui envoyaient des décharges dans le sexe emprisonné d'Erwan. « S'il te plait Chris. S'il te plait. Je suis une bonne petite pute, je suis ta bonne petite pute. J'ai besoin d'être baisé, usé, s'il te plait. Je veux ta queue. Je serai sage. J'ai besoin d'être rempli ! Je t'en supplie, baise-moi, je suis ta salope à toi, je ferai tout ce que tu voudras, j'ai envie de toi, j'ai envie d'être attaché et utilisé comme ton esclave, de te servir... c'est ce que je fais de mieux, être ta pute, ta petite salope, mon trou est tout mouillé pour toi, toi et tes amis... s'il te plait... j'en ai besoin » Il avait du mal à parler, ses phrases étaient sans cesse entrecoupées par ses gémissements et ses sanglots, tandis que Monsieur continuait de l'exciter en chatouillant son entrée et descendant parfois vers ses testicules. Il lâcha un petit cri de plaisir, ne cessant de gesticuler et de chercher le contact avec l'objet qui le torturait. « Je me sens tout vide... mes trous sont prêts pour toi, pour que tu les utilises comme tu veux ! S'il te plait Chris ! » il supplia encore.

✱✱✱

Revenir en haut Aller en bas

avatar
☾ Drame


☾ à miami depuis le : 25/09/2016
☾ nombre de post : 555
☾ double compte : Brooke & Alec
☾ feat : Liam Hemsworth
☾ anniversaire : 19/07/1987
☾ activité : bourse, films X et petits trafics de drogue.
Sujet: Re: It's not true that I had nothing on. I had the radio on. (chris)  |  Jeu 11 Oct - 20:16
It's not true that I had nothing on. I had the radio on.
chris — erwan
Quand le coter sombre du jeune homme prenait toute la place et effaçait le jeune homme qu'il était avant, devenant son pire cauchemar. Il n'était plus le jeune homme avec le cœur sur la main, mais son propre bourreau. Il revivait la scène a travers ses yeux et agissait réellement comme s'il était cet être abject. Là, assis sur le lit couvert de drap de soie, il regarda d'un air satisfait Erwan gisant au sol. Il se demandait s'il avait enfin compris et s'il ne faudrait pas qu'il en remette une couche histoire d'être bien sûr. Son collègue le sortie de ses pensées quand il lui confirma qu'Erwan lui rapporterait un paquet de fric s'il le louait. " Je peux organiser une ou deux soirées par semaine, histoire que je puisse en profiter un peu moi-même!" Il répondit contente à cette pensée! Après tout, il suait sang et eau pour le garder ici, Erwan pouvait l'aider un peu non! Il regarda ensuite se jouer devant lui une scène bien excitante. Son collègue jouait avec Erwan, du bout de la cravache, sur ces tétons, ses parties sensibles, essayant de le faire gonfler le plus possible pour qu'il soit bien serrer dans sa cage. Erwan supplia alors d'être baisé pendant que Chris sirotait un énième verre de whisky. La bouteille était presque vide et il se dépêcha d'aller en chercher un autre et de revenir. Il regarda ensuite avec satisfaction, Erwan se faire traîner jusqu'à ces pieds et Erwan supplié :« S'il te plait Chris. S'il te plait. Je suis une bonne petite pute, je suis ta bonne petite pute. J'ai besoin d'être baisé, usé, s'il te plait. Je veux ta queue. Je serai sage. J'ai besoin d'être rempli ! Je t'en supplie, baise-moi, je suis ta salope à toi, je ferai tout ce que tu voudras, j'ai envie de toi, j'ai envie d'être attaché et utilisé comme ton esclave, de te servir... c'est ce que je fais de mieux, être ta pute, ta petite salope, mon trou est tout mouillé pour toi, toi et tes amis... s'il te plait... j'en ai besoin » dit-il en se tortillant, gémissant sous les caresse de son collègue « Je me sens tout vide... mes trous sont prêts pour toi, pour que tu les utilises comme tu veux ! S'il te plait Chris ! » il supplia encore. Chris se mit alors à réfléchir, son regard naviguant entre les yeux d'Erwan, de ses collègues et le tour de la pièce. Lorsqu'il trouva, son regard se fixa durement dans celui d'Erwan " Je veux que tu t'occupes de nous tous en même temps! Prouve-moi que tu es vraiment une bonne petite pute et peut-être alors que je ferais quelque chose pour te remplir!' Dit-il avant d'avaler une cacahuète. "Je vais te montrer comment t'occuper de la demoiselle pendant que tu les branles!" Dit-il en se levant. Il attrapa le collier d'Erwan et le poussa sur le lit pour qu'il regarde tout ce que Chris ferait. Il se plaça ensuite entre les jambes de la jeune femme, les écartant au maximum puis, séparant les lèvres de la jeune femme avec deux doigts, il commença à goûter ça fleure du bout de la langue. Il chercha son point sensible et quand il l'eut trouvé, il fourra son doigt dans la bouche d'Erwan pour qu'il le lubrifia avant de l’insérer entre les jambes de la demoiselle. Quand elle commença à gémir, il attira la tête de son ami pour prendre sa place et le laissa le remplacer. Il se rendit compte que son collègue était toujours en train de le titiller et alla donc se placer à côté de la jeune femme pour qu'Erwan puisse le branler. De son autre main, Erwan s'occupait tantôt de la jeune femme, tantôt de son autre collègue. Erwan finit ensuite par prendre l'initiative de les sucer un par un. Chris se laissa aller à cette gourmandise jusqu'à ce que la demoiselle en demande aussi. Il laissa alors le jeune homme à sa tâche et guida son membre dans la bouche de la jeune femme. "Ho t'es une bonne petite salope toi aussi !" Dit-il quand elle vient lécher ses bourses entre deux coups de langue. Cela donna une nouvelle idée à Chris qui demanda a la jeune femme de se mettre a quatre pattes. "Je veux que tu la face hurlée de plaisir pendant que je la prends!" Il dit à Erwan avant de s'enfoncer dans la fleur de la jeune femme. "Oui lèche la, petite pute, pendant que je te baise!" Dit alors son collègue. Chris se pencha pour s'attaquer avec force aux tétons de la jeune femme qu'il voyait ballotter de plus en plus fort. Mais la jeune femme avait envie de plus, elle avait envie qu'on prenne son derrière, alors Chris se retira d'en bas pour monter d'un cran. Il se délecta de ce trou, un peu différent de celui d'Erwan. Depuis quand n'avait-il pas couché réellement avec une femme ? Sans compter les films X bien sûrs... Cela remontait à loin, très loin, et il n'avait pas envie d'y penser. Il sentit la jeune femme se resserrer de plus en plus, signe qu'elle allait bientôt exploser. Il ralentit le mouvement, laissant a Erwan quelques minutes pour la faire jouir de son côté et quand il sentit que cela arriva, il reprit un rythme beaucoup plus soutenus, faisant hurlé la jeune femme de plaisir. Lorsqu'il eu finit, son collègue laissa sa place à Chris qui vint se placer entre les jambes d'Erwan. Il enleva alors le jouet entre ses fesses et s'amusa à jouer de son membre sur son entrée. Il voulait qu'il le supplie de le prendre et de le laisser jouir. "Je vais te rendre dingue jusqu'à ce que tu me supplie réellement de te laisser jouir!" Dit-il fier de lui tout en entrant un tout petit peu en lui. Son collègue lui passa la cravache et Chris la laissa aller sur le corps du jeune homme, sachant exactement où étaient ses points faibles. Il les titilla, les maltraita juste a la limite de la douleur tout en s'enfonçant en lui d'un grand coup. Il ressortit ensuite et continua son manège faisant monter la pression chez Erwan, attendant qu'il le supplie. Après un moment, le jeune homme finit par supplier son maître. "Bien, bon garçon. " Dit-il alors avant de le prendre pour de bon. Il se donna alors corps et âmes, variant les allures, les positions et laissant son collègue jouer avec les tétons du jeune homme. Toutes les parties de son corps étaient électrisé, prêt à s'abreuver du plaisir ultime. Il fit un signe à son collègue, qui, le regard brillant, vint se placer derrière lui. Il arrêta alors de bouger, laissant son collègue s'introduire en lui puis, une fois qu'il le sentit bien et qu'il ne bougea plus, il reprit ses coups de bassins. D'ordinaire, même dans les films qu'il tournait, personne ne touchait a son derrière, mais là, ce soir, il en avait envie. Il aurait voulu que ce soit Erwan qui le prenne, mais comme il était puni, il se contenta de ce qu'il avait. Certes, elle n'était pas aussi grosse que celle du jeune homme, mais elle ferait l'affaire. Alors il bougea, d'avant en arrière et d'arrière en avant pour prendre et être pris. Il se faisait plaisir et finit par se vider entièrement dans son ami pendant que son collègue prenait le relais à coup de bassin profond pour augmenter son plaisir. Il se laissa ensuite tomber a côté d'Erwan à bout de souffle. "Tu... pensais que j'allais... te libérer? Tu rêves, t'es punis, on verra ça dans... Quelques heures!" Dit-il en tapant dans la main de son collègue. Le petit jeune lui, sorti un sachet de pilules de nul part, bras tendu en l'air et avoua "J'ai de quoi pimenté encore plus le reste de la nuit!!!" Dit-il triomphant. Chris savait qu'il ne devait pas faire de mélange! Déjà que l'alcool et la pilule pour rester éveillé c'était pas bon, alors cette nouvelle drogue... n'en parlons pas. Mais présentement, Chris n'était plus Chris et tout était permit. Alors il se laissa aller et tendit sa main, gobant ensuite la pilule avec un grand vers d'alcool.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
☾ Drame


☾ à miami depuis le : 27/01/2016
☾ nombre de post : 1165
☾ double compte : anteynara la tueuse sexy, halcyon l'amnésique et andrea le révolutionnaire révolté.
☾ feat : harry styles le magnifique.
☾ anniversaire : 03/01/1993
☾ activité : prostitué. anciennement auteur-compositeur-interprète.
Sujet: Re: It's not true that I had nothing on. I had the radio on. (chris)  |  Jeu 11 Oct - 22:20
It's not true that I had nothing on. I had the radio on.
chris — erwan
Il surfait sur une vague de douleur, dans laquelle il trouvait du plaisir, mais la souffrance restait la sensation la plus importante. Il n'en pouvait tout simplement plus. Alors il suppliait, il se mettait à genoux. Son sexe était coincé dans la cage de métal et il n'y avait rien qu'il puisse faire pour se délivrer. C'était terrible. Il n'y avait rien d'autre à faire, simplement supplier pour être pris et baisé encore. Il devait leur prouver qu'il était bien une bonne pute, qu'il méritait de jouir, pour qu'ils lui retirent l'objet et qu'ils le laissent enfin se soulager. Et surtout, il avait hâte que tout cela soit fini. Il était fatigué, épuisé, il ne sentait plus son pauvre corps, et il voulait dormir. Il n'avait même pas besoin d'un lit ou de quoique ce soit, il pourrait simplement s'allonger là sur le sol, nu, et dormir pendant des jours. Et si jusqu'à présent, sa nouvelle utilité dans la vie de Chris avait été pour lui une bouée de sauvetage, si pendant ces derniers mois, il avait trouvé là une raison de vivre, ce soir il avait soudainement envie de mourir. Il avait envie que cette nuit soit sa dernière pour que jamais plus il n'ait à vivre ainsi. C'était une étape à passer, une épreuve, et il ne savait pas comment il allait trouver la force de la traverser. Il ne voyait pas la lumière au bout. "Je veux que tu t'occupes de nous tous en même temps! Prouve-moi que tu es vraiment une bonne petite pute et peut-être alors que je ferais quelque chose pour te remplir! Je vais te montrer comment t'occuper de la demoiselle pendant que tu les branles!" Avec ça, une chance de montrer son utilité, ses pensées morbides allèrent se planquer dans un recoin de son esprit. Il avait d'autres priorités. Les minutes suivantes furent consacrées à tout un tas de choses. Il fut chargé de faire plaisir à la seule femme présente, puis de caresser les hommes qui se trouvaient autour, et finalement, il commença à les sucer, tour à tour. C'était quelque chose qu'il avait déjà fait, dans des soirées, au Birdcage ou avec certains clients. Ca devait les exciter d'être assis en cercle et d'avoir une pute au milieu pour aller de queue en queue et les contenter toutes les unes après les autres. Il assista ensuite au reste du spectacle, y prit part en faisant ce qu'on lui demandait. Chris baisait la jeune femme, et Erwan ne ressentait rien. Il n'était pas jaloux, ses pensées n'étaient pas en place, pas avec la douleur dans tout son corps. Pas avec son sexe serré. "Je vais te rendre dingue jusqu'à ce que tu me supplie réellement de te laisser jouir!" Chris se concentrait maintenant sur lui, le torturait à sa façon en mêlant douleur et plaisir. Mais le plaisir se transformait lui aussi en douleur, vu l'état dans lequel Erwan était, vu l'état dans lequel son sexe était. Il gémissait, pleurait, ne se retenait plus et laissait aller ses larmes sur ses joues. Les sensations étaient trop fortes, trop nombreuses, son corps trop sensible après tout ce qu'il avait déjà subi. « Pitié... Je t'en supplie. Chris. S'il te plait, s'il te plait. Je ferai tout ce que tu voudras, je serais ton esclave parfait, ta pute, tout ce que tu voudras. S'il te plait » fit-il entre ses sanglots. "Bien, bon garçon." Et avec ça commença la suite. Chris le baisa. Fort. Et Erwan en perdit la tête. Il était à peine conscient, et ne comprenait plus rien à ce qui se passait autour de lui. Monsieur était allé s'enfoncer en Chris, l'information se nota quelque part dans sa tête, mais ça ne lui importait guère. Tout ce qu'il savait, c'était que Chris le ravageait encore un peu, qu'il finissait de prendre tout ce qu'il y avait à prendre en Erwan. Il avait été une bonne pute, il le savait. Après ça, il pourrait jouir, et Chris serait heureux, il serait fier de lui. Et dans quelques heures, une fois reposé, Chris lui sourirait doucement et lui préparerait des pancakes, comme il le faisait après une nuit difficile pour Erwan. Le matin, c'était toujours les heures où il était le plus tendre. Erwan ne pouvait s'empêcher de faiblir face à lui, lorsqu'il était ainsi. Mais avant ça, il fallait supporter ce soir. Chris termina enfin en lui, et après un moment, il tomba à côté de lui. "Tu... pensais que j'allais... te libérer? Tu rêves, t'es punis, on verra ça dans... Quelques heures!" Erwan ferma les yeux de désespoir. Il y avait réellement cru, il avait pensé que tout ça aurait suffi, mais non. Bien sûr, il était puni. Il avait oublié ça. Comment avait-il pu oublier. Les yeux clos, des larmes coulant sur ses joues, il resta là et ne calcula absolument rien de ce que faisaient les autres. Jusqu'à ce qu'on le soulève à nouveau. Les minutes suivantes lui parurent des heures. C'était peut-être des heures. Il n'en savait rien. Ils jouèrent avec lui. Assis en rond, ou quelque chose qui y ressemblait, dans les fauteuils et canapés. Ils se passèrent Erwan, le poussant de l'un à l'autre et s'amusant à le tripoter, à l'humilier. Assis sur une queue forcé de la chevaucher. Le visage sur le sol à lécher de la semence. Torturé et titillé encore avec la cravache. Baisé encore. Les mains attachées dans le dos et ses chevilles enchaînées ensemble. Et après maintes et maintes suppliques, et une éternité à être leur jouet, on lui retira la cage en métal. « Tu veux jouir ? Alors vas-y maintenant » Et il se retrouva allongé sur le ventre, au milieu de leur cercle, incapable de bouger. Et sous les rires des invités, il se tordit et frotta son sexe contre le tapis tout en pleurant et criant. Jusqu'à ce qu'enfin il soit délivré de son Enfer. L'instant suivant, il sombra dans l'inconscience et en remercia le Destin pour cette petite chance.

FIN.

✱✱✱

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Sujet: Re: It's not true that I had nothing on. I had the radio on. (chris)  |  
Revenir en haut Aller en bas
 

It's not true that I had nothing on. I had the radio on. (chris)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: miami beach :: Sud de la ville. :: habitations :: ☾ Chris Johnson-